Ordre de Malte: Fr Andrew Bertie reçu par Jean-Paul II

| 337 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 24 juin 2003 (ZENIT.org) - Jean-Paul II a reçu ce matin en audience le frère Andrew Bertie, prince et grand maître de l'Ordre souverain militaire de Malte.



Défense de la foi et service de qui souffre, voilà la mission de l'ordre de Malte, qui aujourd'hui est accomplie par quelque 10.000 membres, chevaliers et dames, surtout des laïcs, aidés de quelque 80.000 volontaires surtout des secouristes, et quelque 10.000 employés, surtout médecins ou de professions paramédicales.

L'ordre de Malte remonte à une communauté sous le patronage de saint Jean-Baptiste née à Jérusalem vers 1050, pour aider les pèlerins de toute foi et de toute race en terre Sainte.

En 1113, il a été reconnu par le pape et s'est ensuite établi à Malte.

En 1798 Napoléon Bonaparte le contraignit à abandonner l'île: l'ordre se répandait dans différentes villes d'Italie pour arriver à Rome en 1834. Ses deux sièges du Palais de Malte et de la Villa Malte y jouissent de l'extraterritorialité.

Aujourd'hui, on devient membre de cet ordre chevaleresque par les mérites au service de l'Eglise et de l'ordre.

Organisme de droit international, reconnu par l'Organisation des Nations Unies, et présent directement dans 54 pays, l'ordre de Malte est opérationnel dans 110 pays dans le domaine de l'assistance sanitaire, en gérant des hôpitaux, des instituts pour les personnes âgées ou handicapées, des centres de soins palliatifs, des services sociaux, de secours d'urgence, en particulier lors de catastrophes naturelles ou de conflits armés.

Le gouvernement de l'ordre est présidé par un grand maître, élu à vie par le conseil souverain, parmi les chevaliers profès. Il a une magistrature indépendante, des relations diplomatiques avec 92 Etats. Il émet des passeports, des timbres et bat monnaie.