Orthodoxie russe : le pape reçoit le métropolite Hilarion

Des événements culturels significatifs à Rome et à Moscou

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 575 clics

Le métropolite russe Hilarion a été reçu ce mardi matin, 12 novembre, au Vatican par le pape François, alors qu’ont lieu d’autres événements significatifs pour le rapprochement entre catholiques et orthodoxes russes.

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département pour les relations ecclésiastiques extérieures du patriarcat de Moscou, a en effet également présidé ce mardi soir, à 21 h, un « Concert pour la paix », donné en l’honneur du pape François à l’auditorium de la Conciliazione, sous le patronage du Conseil pontifical pour la culture, avec la jeune soprano russe Svetlana Kasyan.

Le métropolite est lui-même un grand musicien et compositeur; il est notamment l'auteur d'une Passion selon Saint-Matthieux donnée il y a quelques années à ce même auditorium, sous la direction de Vladimir Fedoseyev, le 29 mars 2007, deux jours après sa création à Moscou.

Le concert est offert par deux fondations engagées au service de l’unité entre orthodoxes et catholiques, l’une des Etats-Unis, la Fondation Urbi et Orbi, l’autre russe, la Fondation Saint Grégoire le Théologien.

Les fonds recueillis viendront en aide aux familles de réfugiés victimes de la guerre.

A Rome, un autre événement rapproche catholiques et orthodoxes russes: la présentation du livre de Sergueï Averintsev (1937-2004), « Verbe de Dieu et paroles de l’homme », publié dans une édition bilingue italien-russe et préfacé, justement, par le métropolite Hilarion.

Le cardinal Paul Poupard, président émérite du Conseil pontifical pour la culture, qui bien connu l’auteur, a participé à cette présentation. Il était à Moscou il y a quelques jours et il y a  rencontré le patriarche Kirill Ier, à l’occasion d’un symposium sur le thème : « La responsabilité sociale corporative dans la sphère de l’enseignement ».

Au micro de Radio Vatican (Xavier Sartre),le cardinal français indique ce qui est à ses yeux le plus important : « Entre les fidèles orthodoxes et les fidèles catholiques, nous n’avons pas de contentieux fondamental au plan théologique. Nous partageons la même foi qui s’enracine dans la même Parole de Dieu, qui est donc irriguée par la Sainte Liturgie. Nous allons dans notre vie quotidienne, dans le « gouvernement » pour prendre ce terme, cheminer de façon différente et voir comment il y a comme de part et d’autre un rapprochement dans nos manières différentes de cheminer. Du côté du monde orthodoxe, il y a maintenant la reconnaissance de l’évêque de Rome comme le « primus inter pares », le premier parmi les pairs (…). L’évêque de Rome hérite du ministère de Pierre. Donc, le point sur lequel nous avons à nous rapprocher, c’est la manière de vivre ce ministère. Pour les Églises orthodoxes, il y a la grande importance de ce que nous appelons « la collégialité », le saint-synode. »

La rencontre du pape et du métropolite survient aussi alors que le cardinal Angelo Scola, archevêque de Milan, est à son tour à Moscou, dans le cadre des commémorations du dix-septième centenaire de l’Edit de Milan de l’empereur romain Constantin. Il y a aussi rencontré le patriarche Kirill Ier, ce mardi 12 novembre.