OSCE: Le respect des cultures et des religions, pour le dialogue entre les peuples

Intervention du Saint-Siège au Kazakhstan

| 748 clics

ROME, Jeudi 15 juin 2006 (ZENIT.org) – Le respect des cultures et des religions doit être à la base du dialogue entre les peuples, affirme le Saint-Siège à la rencontre, qui s’est tenue à Alma-Ata, au Kazakhstan, de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), sur le thème: « Promouvoir l’entente culturelle, interreligieuse, et interethnique », et qui s’est achevée le 13 juin.



Le respect et l’appréciation des différentes cultures et des religions doivent être le fondement commun sur lequel construire le dialogue et la compréhension entre les différentes ethnies, a déclaré le chef de la délégation du Saint-Siège, Mgr Józef Wesolowski, nonce apostolique.

« Il ne peut y avoir de collaboration entre cultures, religions et ethnies dans l’ignorance réciproque », a-t-il déclaré.

Le nonce a fait observer que trop souvent les religions sont manipulées ou considérées de façon erronée comme une partie du problème, alors qu’en réalité elles devraient être considérées comme une part de la solution aux problèmes entre les cultures et les civilisations.

« Le dialogue interreligieux ne sera pas capable de promouvoir un plus grand respect et une plus grande unité dans la vie politique, civile et sociale, si le rôle public de la religion n’est pas dûment reconnu, si la religion est reléguée dans la sphère de la vie privée. On nie alors sa capacité à avoir un impact positif sur la société », disait-il.

A propos de la mission et des activités de l’OSCE, Mgr Wesolowski a fait observer qu’elles offrent à l’organisation une capacité privilégiée d’affronter les défis communs.

Il soulignait l’un d’eux, concernant « la liberté d’expression » et « la façon dont une interprétation absolue de celle-ci peut légitimer des expressions civiles et politiques qui ne respectent pas les limites légitimes ou d’autres valeurs. Ces manifestations peuvent créer ou attiser les tensions ethniques, culturelles, ou religieuses ».

Le nonce a affirmé en conclusion que la liberté d’expression doit s’exercer avec responsabilité, en respectant les convictions et les pratiques de tous les croyants, ainsi que les symboles qui caractérisent leurs religions ».