Pakistan : 20 millions de personnes touchées par les inondations

Caritas lance un appel de fonds internationaux

| 1152 clics

ROME, Mardi 17 août 2010 (ZENIT.org) - Alors que la situation s'aggrave de jour en jour au Pakistan, après les inondations des dernières semaines, Caritas lance un appel de fonds de US $5,5 millions (soit 4,3 millions d'euros) pour aider les victimes de la catastrophe, considérée comme « la pire catastrophe naturelle de l'histoire du pays ».

Selon l'ONU, les inondations, qui ont fait plus de 1600 morts et deux millions de sans-abri, touchent au total 20 millions de personnes, soit près de 12 % de la population.

Les eaux torrentielles des inondations ont emporté les maisons, les ponts, les écoles, les systèmes hydrauliques et les centres médicaux à Khyber Pakhtunkhwa (KPK), au Baloutchistan, ainsi que dans les régions de Punjab, d'Azad Jammu et de Kashmir.

« Notre priorité est d'assurer aux populations de la nourriture, de l'eau, des abris et une aide médicale », dit Anila Gill, secrétaire de la direction nationale de Caritas Pakistan, soulignant que « de nombreuses personnes sont en sérieuse difficulté » et qu'il s'agit « d'une situation traumatisante » pour ceux qui ont tout perdu et qui doivent dépendre des autres, et ce « même pour un verre d'eau ».

Le projet, d'une durée de trois mois, aidera 250 000 personnes au KPK, au Punjab et au Sindh.

Caritas annonce qu'elle distribuera de la nourriture car les magasins d'alimentation, les récoltes et le bétail ont été emportés, et qu'elle s'efforcera aussi de fournir de l'eau, des abris et des centres d'hygiène aux populations.

L'organisation annonce aussi qu'« elle œuvrera avec les communautés pour identifier les infrastructures, comme les routes, les ponts et les canaux d'irrigation qui doivent être reconstruits », et qu'elle mettra en place des camps médicaux qui « dispenseront des traitements de soins d'urgence, ainsi que des services d'immunisation et de vaccination à environ 8000 personnes dans le cadre de la prévention de maladies hydriques ».

L'organisation s'est par ailleurs dite préoccupée par la vulnérabilité des femmes et des enfants engendrée par les inondations et annoncé son intention de mettre en place des programmes de sensibilisation aux droits, ainsi qu'un suivi psychologique les rendant « moins vulnérables aux mauvais traitements ».

Tandis que la saison de la mousson suit son cours et que les pluies torrentielles continuent de s'abattre sur le pays, de nouvelles régions du Pakistan continuent à être inondées.

Selon Caritas, le nombre considérable de personnes touchées par la catastrophe signifie que les difficultés vont persister longtemps après l'assèchement des pluies.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, est venu sur place pour constater l'ampleur de la tâche, pressant aussitôt la communauté internationale de venir en aide aux sinistrés.

« Le monde est derrière le peuple pakistanais en ces temps difficiles, a déclaré le secrétaire général à son arrivée dimanche dernier.

Selon les dernières informations sur place, six millions de personnes n'ont toujours pas reçu d'aide et n'ont toujours pas accès à l'eau potable.

Selon les Nations unies, près d'un tiers du territoire pakistanais est touché par les inondations, soit l'équivalent de la superficie de l'Italie.

Les agences humanitaires de Caritas se sont inquiétées ces derniers jours de la lenteur des réponses à l'appel de fonds internationaux, et redoutaient une seconde vague de décès causée par les maladies. Un cas de choléra a été confirmé dans un hôpital de la vallée de Swat, dans le nord-ouest du pays, et au moins 36.000 personnes souffrent de dysenterie.

Samedi, le Canada a annoncé l'octroi de 30 millions de dollars d'aide au Pakistan.

Isabelle Cousturié