Pakistan : L’aide matérielle ne suffit pas, selon le cardinal Cordes

| 1342 clics

ROME, Jeudi 26 août (ZENIT.org) - Le cardinal Paul Josef Cordes, président de Cor Unum, a évoqué la récente mobilisation du Vatican suite aux inondations qui ont touché le Pakistan. A ses yeux, l'argent ne suffit pas, il faut apporter un « message qui aille au-delà de la vie terrestre ».

Présent au Meeting de Rimini, le cardinal Cordes a été interviewé par Radio Vatican, le 25 août.

Suite aux inondations qui ont ravagé le Pakistan, « nous avons donné, au nom du pape, une aide à la Caritas ». Mais encore une fois, « l'aide matérielle ne suffit pas » : « il faut donner un message », a-t-il affirmé en invitant les chrétiens à toujours avoir à l'esprit « cette dimension transcendantale ».

« Il est important pour moi de souligner qu'en ce moment il faut montrer - tant aux personnes touchées qu'à celles qui offrent de l'argent - qu'avec l'argent on peut faire des choses importantes, mais que cela ne suffit pas : il faut un message qui aille au-delà de la vie terrestre », a-t-il ajouté.

Alors que les Nations Unies ont déploré un certain « égoïsme » des Etats dans l'envoi d'aides humanitaires aux populations touchées, le cardinal Cordes a rappelé que « les gens sont très généreux ». « Si nous pensons au tsunami, aux grandes catastrophes, les gens se révèlent être très généreux ».

« Je ne compte pas tant sur l'aide des Etats, je compte sur l'aide des agences de solidarité et des agences catholiques », a-t-il ajouté. « J'ai vraiment confiance dans la sensibilité des hommes et des femmes d'aujourd'hui ».

Le cardinal Cordes a enfin évoqué la retraite organisée pour tous les responsables de la Caritas en Europe qui se déroulera à Czestochowa. Un temps pour vivre ce que le pape a écrit dans l'encyclique Deus Caritas est, a-t-il expliqué : « que la charité de l'homme naît de l'amour de Dieu et que nous, chrétiens, nous devons vivre cela en étant convaincus et en en parlant ». « Il me semble que c'est le grand devoir de notre dicastère Cor Unum », a-t-il conclu.