Pakistan: Lutter contre la pauvreté pour vaincre le terrorisme

Entretien de Fides avec Mgr Joseph Coutts, évêque de Faisalabad

| 995 clics

ROME, Jeudi 4 octobre 2001 (ZENIT.org) - "Le désespoir qui pousse à des gestes extrêmes, naît de la pauvreté. Pour vaincre le terrorisme, il faut lutter contre la pauvreté". Mgr Joseph Coutts, évêque de Faisalabad (Pakistan) répond en ces termes aux questions de l´agence internationale FIDES, organe de la congrégation pour l´évangélisation des peuples. Directeur de la Caritas du Pakistan, Mgr Coutts travaille à aider les réfugiés afghans, et à créer l´harmonie sociale entre les musulmans et les minorités religieuses, précise Fides.



F.- Qu´y a-t-il derrière les attentats terroristes du 11 septembre dernier ?
Mgr J. C. - Il faut travailler pour résoudre les conflits en Asie et en Afrique : nous demandons aux dirigeants du monde d´assurer une distribution égale des richesses entre le Nord et le Sud du monde. Je crois que le déséquilibre entre le Nord et le Sud est la cause principale, parce que les actions terroristes sont le fruit de la colère et du désespoir, qui croissent quand les gens ne parviennent plus à atteindre leurs propres objectifs de manière légale, et quand ils pensent qu´aucune institution ne répondra à leurs besoins. Cela crée un sentiment de frustration, et pousse à des gestes extrêmes.

F.- En tant que minorité religieuse, comment vivez-vous la situation actuelle ?
Mgr J. C. - Je crois que la plus grande partie du désaccord avec les musulmans est due à un manque d´information. En tant que chrétiens, nous devons nous unir à nos frères musulmans et leur assurer que, comme citoyens du Pakistan, nous avons le souci du bien-être du pays. Nous avons une grande sympathie pour la population de l´Afghanistan qui a souffert pendant des années. Je ne crois pas que le terrorisme pourra être vaincu en terrorisant et en tuant des masses d´innocents.

F.- Que fait l´Eglise Catholique ?
Mgr J. C. - La Caritas, la Commission Justice et Paix, et la Commission pour le Dialogue Interreligieux ont mis sur pied un programme d´harmonie sociale dans chaque Diocèse. La Caritas s´est employée sans tarder dans l´assistance en faveur des réfugiés afghans. Nous voulons atteindre les musulmans par tous les moyens possibles : presse, réseau de travail avec les Organisations Non Gouvernementales, chrétiennes ou non, séminaires et rencontres, pour présenter une vision équilibrée de la situation.

F.- Continuerez-vous à travailler pour l´harmonie sociale même si l´Amérique lance des attaques contre les bases terroristes en Afghanistan ?
Mgr J. C. - En ce moment, nous vivons dans un état de tension, mais nous continuerons à envoyer des messages de paix et de bonne volonté. Au Pakistan, on identifie souvent les chrétiens avec les Occidentaux. Après chaque événement en Occident, considéré comme injuste, certains musulmans expriment leur colère et leur vengeance sur les chrétiens.