Pakistan : Paul Bhatti et sa mère reçus par le pape

"Je suis avec vous", dit-il aux chrétiens souffrants

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 629 clics

Le pape François a rencontré Paul Bhatti, ancien ministre de l’Harmonie nationale au Pakistan, et sa mère, à l’issue de l’audience générale, hier, mercredi 27 août 2014, place Saint-Pierre. Paul est le frère de Shahbaz Bhatti, tué il y a trois ans par des intégristes islamistes (cf. Zenit du 2 mars 2011). « Je suis avec vous ! », a dit le pape aux chrétiens persécutés de ce pays.

« Cela a été une grande émotion, non seulement de voir le Saint-Père que j’ai déjà vu d’autres fois, mais de le voir avec ma mère. C’était en effet un de ses grands désirs de le rencontrer et de lui parler », confie-t-il au micro de Radio Vatican.

Paul Bhatti, qui était chirurgien en Italie avant de revenir au Pakistan pour poursuivre l'oeuvre de son frère, a traduit au pape ce que sa mère avait à cœur de dire : « J’ai dit au Saint-Père que ma mère priait pour lui et qu’elle l’invitait au Pakistan, malgré la situation des chrétiens qui est très difficile là-bas. Mais elle y tient ; c’est sa requête. Les chrétiens sont ses enfants et je pense qu’un père doit se souvenir d’eux, dans une période de difficulté. »

« J’ai vu que le Saint-Père était ému, j’ai vu qu’il était sans parole et il a embrassé ma mère, lui a serré la main et m’a dit qu’il était proche de nous et qu’il priera pour nous », rapporte-t-il. Le pape a ensuite assuré à Madame Bhatti : « Je suis avec vous ! Que Dieu vous bénisse ! Je prie pour vous et je suis avec vous et, pour tout ce que je peux faire, je suis disponible ».

« Cela a été un moment très fort... le pape a transmis en silence un grand amour... Je crois que c’est une des choses les plus importantes, parce que les Pakistanais chrétiens sont persécutés à cause de leur foi », ajoute Paul Bhatti.

La proximité du pape, son amour et sa prière « sont un grand encouragement pour nous. Nous vivons pour notre foi, et tant de nous sont prêts à mourir pour notre foi », poursuit-il, évoquant le cas d’Asia Bibi, la mère de famille de cinq enfants, catholique, emprisonnée depuis cinq ans (juin 2009) dans l’attente de son jugement, après une accusation de blasphème (cf. Zenit du 2 janvier 2014).

Exprimant le souhait « que Dieu nous aide à apporter la paix et la coexistence pacifique entre les différentes religions », Paul Bhatti salue la mémoire de Salman Taseer, un musulman assassiné « pour s'être battu pour les chrétiens, alors même qu’il était menacé de mort ».

Il espère que « demain, la paix et la coexistence pacifique dans le monde soient possibles », grâce à des personnes « sensibles », y compris de religion musulmane, « qui croient dans la dignité de l’homme, dans la paix et dans l’amour ».

Le pape a aussi exprimé son encouragement pour l’engagement de l’ancien ministre en faveur des chrétiens et des autres minorités : « Je bénéficie de la force des gens qui m’entourent. Et je me souviens aussi que, en mai 2013, quand j'ai témoigné lors de la Journée des mouvements ecclésiaux, j’ai senti la proximité de tout le peuple italien, démontrée par ses applaudissements et ses sentiments... Cela a été un grand moment, et je l’ai revécu aujourd’hui. »

Avec une traduction de Constance Roques