Panama : Œuvrer en vue d’une plus grande égalité sociale

Le nouvel ambassadeur présente ses Lettres de Créance au pape

| 1739 clics


ROME, Vendredi 30 octobre 2009 (ZENIT.org) - En recevant l'ambassadeur du Panama près le Saint-Siège, Mme Delia Cárdenas Christie, venue lui présenter ses Lettres de Créance, Benoît XVI a souhaité encourager les Panaméens « à travailler pour une plus grande égalité sociale » mais aussi « économique et culturelle entre les différents secteurs de la société ». 

Dans son discours en espagnol, le pape a évoqué « les nombreuses activités de promotion humaine et sociale que les diocèses, les paroisses, les communautés religieuses, les associations laïques et les mouvements d'apostolat réalisent au Panama ». 

Il a souligné de manière particulière l'importance de « la présence de l'Eglise dans le domaine éducatif et dans l'assistance aux pauvres, aux malades, aux détenus et aux émigrants, et dans la défense d'aspects fondamentaux comme l'engagement pour la justice sociale, la lutte contre la corruption, l'œuvre en faveur de la paix, l'inviolabilité du droit à la vie humaine du moment de sa conception à sa mort naturelle, ainsi que la sauvegarde de la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme ».  

« Ce sont des éléments irremplaçables pour créer un tissu social sain et édifier une société vigoureuse, pour la solidité des valeurs morales qui la soutiennent, l'anoblissent et lui donnent de la dignité », a-t-il ajouté. 

Par ailleurs, le pape a reconnu l'engagement des autorités panaméennes « pour renforcer les institutions démocratiques ». Il a évoqué l'importance « d'une société juste et fraternelle dans laquelle aucun secteur de la population ne soit oublié ou exposé à la violence et à la marginalisation ».  

Le Saint-Père a également reconnu « le précieux rôle » joué par le Panama « pour la stabilité politique dans la région d'Amérique centrale », à un moment où « la conjoncture met en évidence la manière dont le progrès (...) de la communauté humaine ne dépend pas uniquement du développement économique et des découvertes technologiques ». « Ces aspects doivent être nécessairement complétés avec d'autres aspects à caractère éthique et spirituel », a-t-il ajouté. 

« L'identité de votre pays, qui s'est forgée au cours des siècles comme une mosaïque d'ethnies, de peuples et de cultures, se présente comme un signe éloquent pour l'humanité tout entière du fait qu'une coexistence pacifique entre les personnes d'origine différente est possible, dans un climat de communion et de coopération », a enfin affirmé le souverain pontife.  

« Cette pluralité humaine doit être considérée comme une richesse et un aspect à renforcer chaque jour un peu plus, en prenant conscience que le facteur humain est le premier capital à sauvegarder et à valoriser ». 

Le nouvel ambassadeur du Panama près le Saint-Siège est née en 1939. Spécialisée en droit et sciences politiques, elle a notamment été vice-ministre des finances et du trésor (1989-1992) ; Ministre pour la planification et la politique économique  (1992-1994) ; surintendante des banques du Panama (1999-2006) ; présidente du groupe d'action financière des Caraïbes (GAFIC) (2004-2005) ; vice-présidente de l'Association des superviseurs bancaires des Amériques (ASBA) (2005-2006).