Participer à la mission du Christ, c’est accepter d’affronter l’épreuve

Audience de Benoît XVI aux Œuvres Pontificales Missionnaires

| 1620 clics

ROME, Vendredi 21 mai 2010 (ZENIT.org) - En s'engageant dans la mission à la suite du Christ, l'Eglise et les missionnaires doivent accepter les « conséquences de leur ministère », a affirmé Benoît XVI devant les participants à l'Assemblée ordinaire du Conseil supérieur des Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) réunie à Rome du 17 au 21 mai.

« Celui qui participe à la mission du Christ doit inévitablement affronter l'épreuve, des désaccords et des souffrances, parce qu'il affronte les résistances et les pouvoirs de ce monde », a affirmé le pape ce 21 mai. « La persécution est aussi la preuve de l'authenticité de notre mission apostolique ». Et comme l'apôtre Paul, « nous n'avons comme armes que la Parole du Christ et sa Croix (cf. 1 Co 1,22-25) ».

Benoît XVI a ainsi rappelé que « la mission ad gentes demande à l'Eglise et aux missionnaires d'accepter les conséquences de leur ministère » que sont « la pauvreté évangélique qui leur confère la liberté de prêcher l'Evangile avec courage et franchise ; la non-violence, par laquelle ils répondent au mal par le bien ; la disponibilité à donner sa vie au nom du Christ et par amour des hommes ».

Devant les membres des OPM, le pape a rappelé que la mission d'évangélisation était aujourd'hui « immense », notamment en raison d'un « humanisme qui exclut Dieu » et du « manque de pensée, de réflexion et de sagesse ». « C'est pourquoi il est encore plus urgent et nécessaire d'éclairer de la lumière de l'Evangile qui ne change pas, les nouveaux problèmes qui émergent ».

« L'évangélisation a besoin de chrétiens qui, les bras levés en prière vers Dieu, soient conscients que la conversion du monde au Christ ne vient pas de nous mais nous est donnée », a poursuivi le pape.

« La prédication de l'Evangile est un service inestimable que l'Eglise peut offrir à l'humanité », a-t-il ajouté en saluant les missionnaires venus du monde entier. « Vous êtes le signe éloquent et vivant de la catholicité de l'Eglise qui se concrétise dans le souffle universel de la mission apostolique ».