Pas d'Eglise sans la charité

Message du pape à Caritas internationalis

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 765 clics

« Une Eglise sans la charité n'existe pas » a déclaré le pape François au cours d’une audience avec Caritas internationalis, hier, jeudi 16 mai 2013.

Le pape a en effet rencontré le cardinal Oscar Andrés Rodríguez Maradiaga, président de Caritas internationalis, ainsi que le secrétaire général Michel Roy et le comité exécutif de l'organisme, à la Maison Sainte-Marthe. Les dirigeants de Caritas sont actuellement à Rome pour la réunion annuelle du Conseil représentatif, précise un communiqué.

Vendre les églises pour les pauvres 

« Une Eglise sans la charité n'existe pas », leur a dit le pape, pour qui Caritas est « une partie essentielle de l'Eglise », car elle est « l'institution de l'amour de l’Eglise ».

L’organisme possède une double dimension d’« action sociale, dans le sens le plus large du mot, et mystique, c’est-à-dire insérée dans le cœur de l’Eglise », a-t-il ajouté.

« Caritas n'est pas seulement pour les situations d'urgence, comme agence des premiers secours en situation de guerre ou en temps de crise. Certes il est nécessaire de s'occuper des blessés, d'aider le malade ... mais il est aussi nécessaire de soutenir le développement global », a fait observer le pape.

Même si le développement intégral de l'homme est "coûteux", il est nécessaire, a-t-il insisté, soulignant qu’il valait mieux « vendre les églises pour nourrir les plus pauvres ».

La tendresse de l'Eglise

Sœur Léonie Dochamou, de Caritas Bénin, a demandé au pape des conseils pour servir les pauvres en Afrique. En réponse, le pape a encouragé au développement selon l'exemple de Don Bosco : « donner aux enfants les outils dont ils ont besoin grâce à l'éducation ».

En outre, a-t-il ajouté, la spiritualité de Caritas doit se référer à la « tendresse », parfois oubliée dans l’Eglise : Caritas doit être « la caresse de l'Eglise à son peuple, la caresse de l'Eglise mère à ses enfants, sa tendresse et sa proximité ».

Evoquant l’exemple des réfugiés syriens, le pape a appelé pour eux à cette même « tendresse » : « Nous avons des réfugiés dans tous les pays... Il y a une grande nécessité de la présence de tendresse de l'Eglise ».

Caritas doit aussi « aller vers les périphéries pour guérir et pour promouvoir l'être humain », a-t-il ajouté.

Présentant la campagne actuelle de Caritas pour mettre fin à la faim dans le monde, le cardinal Maradiaga a déclaré au pape : « Nous sommes votre Caritas, pour être guidés par vous ».

Les représentants des Caritas d'Afrique, d'Asie, d'Europe, d'Amérique latine et des Caraïbes, du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord, d’Amérique du Nord et d'Océanie ont également pu rendre comptes des défis auxquels sont confrontés les pauvres dans leurs régions.