Pastorale des vocations : le pape invite à semer confiance et espérance

| 1864 clics

ROME, Dimanche 5 Juillet 2009 (ZENIT.org) - Face à une jeunesse égarée, Benoît XVI a invité les responsables pour les vocations des 34 conférences épiscopales d'Europe à être « des semeurs de confiance et d'espérance ».

Le pape a reçu en audience, le 4 juillet, les participants au Congrès européen sur la pastorale des vocations qui s'est réuni à Rome, du 2 au 5 juillet, sur le thème : « Semeurs de l'Evangile de la vocation : une parole qui appelle et envoie ».

« Le soin des vocations constitue pour chaque diocèse une des priorités pastorales, qui acquiert encore plus de valeur dans le contexte de l'année sacerdotale » qui vient de commencer, a estimé le pape.

« Soyez des semeurs de confiance et d'espérance », a-t-il ajouté à l'adresse des responsables des vocations. « Le sens d'égarement que vit souvent la jeunesse d'aujourd'hui est en effet profond ». « Assez souvent, les paroles humaines sont privées d'avenir et de perspective, privées aussi de sens et de sagesse ».

Pourtant, « le Seigneur jette la semence de la Parole de Dieu, avec abondance et gratuité, tout en sachant qu'il pourra rencontrer un terrain inadapté, qui ne lui permettra pas de mûrir en raison de l'aridité, ou qui en éteindra la force vitale, l'étouffant dans des buissons épineux ».

Toutefois, « le semeur ne se décourage pas, parce qu'il sait qu'une partie de cette semence est destinée à trouver un ‘bon terrain', c'est-à-dire des cœurs ardents et capables d'accueillir la Parole avec disponibilité, pour la faire mûrir dans la persévérance et en redonner le fruit avec générosité au profit de beaucoup de personnes », a ajouté le pape.

A ses yeux, « l'image du terrain peut évoquer la réalité plus ou moins bonne de la famille ; l'environnement parfois aride et difficile du travail ; des jours de souffrance et de larmes ».

« La terre est surtout le cœur de chaque homme, en particulier des jeunes, auxquels vous vous adressez dans votre service d'écoute et d'accompagnement : un cœur souvent confus et désorienté, et pourtant capable de contenir en lui des énergies impensables de dons ; prêt à s'ouvrir à une vie dépensée par amour de Jésus, capable de le suivre en totalité et avec la certitude que cela vient d'avoir trouvé le plus grand trésor de l'existence ».

« Ce n'est qu'après une semence abondante et généreuse de la Parole de Dieu que l'on peut avancer le long des chemins de l'accompagnement et de l'éducation, dans la formation et dans le discernement », a ajouté Benoît XVI.

Dans son discours, le pape a enfin évoqué l'année sacerdotale comme « une belle opportunité pour retrouver le sens profond de la pastorale vocationnelle », ainsi que « ses choix fondamentaux de méthode : le témoignage, simple et crédible ; la communion, avec des itinéraires concertés et partagés dans l'Eglise particulière ; le quotidien, qui éduque à suivre le Seigneur dans la vie de tous les jours ; l'écoute, guidée par l'Esprit Saint, pour orienter les jeunes dans la recherche de Dieu et dans le vrai bonheur ; et enfin la vérité, qui seule peut générer la liberté intérieure ».

Marine Soreau