Pèlerinage de Benoît XVI au sanctuaire de Notre-Dame du Divin Amour

Pour le mois de Marie, le 1er mai

| 924 clics

ROME, Vendredi 10 mars 2006 (ZENIT.org) – A l’occasion de l’ouverture du mois de Marie, le pape Benoît XVI se rendra, le 1er mai prochain au sanctuaire de la Vierge du Divin Amour.



Le pape y priera le chapelet avec les fidèles à 17 heures, indique le site Internet du sanctuaire (http://www.santuariodivinoamore.it).

Le sanctuaire se trouve à une quinzaine de kilomètres de Rome. Il est caractérisé par les pèlerinages aux flambeaux la nuit du samedi au dimanche.

Le sanctuaire original date de 1745. Le nouveau sanctuaire, inauguré par Jean-Paul II le 4 juillet 1999 (mais décidé à la suite d’un vœu de Pie XII et des Romains pour le salut de la ville, après le bombardement de juillet 1943), est un imposant centre qui réunit aussi une « Maison du pèlerin », un séminaire, une résidence de consultation psychologique pour les personnes consacrées, un centre sportif pour les jeunes, et une maison de prière « Saint-Luc ».

Le vieux sanctuaire a son origine dans la mésaventure d’un homme qui se rendait à Rome, en 1740, et fut soudain assailli de chiens enragés.

Terrorisé, il leva les yeux vers la tour qui portait une image de la Vierge à l’Enfant, surmontée d’une colombe représentant le l’Esprit Saint, le « Divin Amour ». Il hurla : «Madonna mia, grazia!», « Ô ma Madone, pitié ! ». Les chiens s’éloignèrent sur le champ, soudain apaisés ».

L’histoire n’a pas retenu le nom du pèlerin de Rome, mais bien son histoire, et le nombre impressionnant d’ex-votos de toute sorte manifeste combien au cours des siècles, les Romains ont continué d’avoir recours à l’intercession d e la Vierge du Divin Amour et ont été exaucés.

Le lieu, Castel di Leva, sur la voie Ardéatine, au sud de l’Urbs, devint désormais fameux, et la chronique de l’époque indique que les pèlerinages ne cessaient pas de jour et de nuit.