Pérou : Appel à un retour aux valeurs morales

Pour le card. Cipriani : « Donnons à Dieu la place qu’il mérite »

| 1582 clics

ROME, Mardi 21 septembre 2010 (ZENIT.org) - « S'il y a beaucoup de dieux, c'est qu'il n'y a pas de vrai Dieu », a déclaré le cardinal Juan Luis Cipriani, archevêque de Lima, dimanche 19 septembre lors de la messe dans la cathédrale de la capitale péruvienne.

Partant de l'Evangile du jour (Lc 16, 1-13), le cardinal a rappelé que l'on ne peut servir deux maîtres et que c'est à nous de choisir Dieu et tout ce que cela représente, ou de se fabriquer des dieux et briser notre relation avec le vrai Dieu.

« Ou l'on choisit Dieu - l'honnêteté, les dix commandements, la vérité, la famille, la vie, la générosité, la justice, la dignité et l'honneur - ou l'on se fabrique des dieux - le dieu de l'argent, du pouvoir, de la faim, du sexe, de la drogue. S'il y a beaucoup de dieux, c'est qu'il n'y a pas un vrai Dieu », a-t-il déclaré.

Le cardinal a appelé à donner, dans la vie, plus de valeur aux vertus morales, en suivant une conduite correcte dans le mariage, au travail, dans sa manière de penser, en étant honnêtes, en respectant la maison comme un lieu d'éducation et en respectant son propre corps.

« On ne peut demeurer en Dieu et dans ces valeurs spirituelles et morales si l'on demeure dans le mal. Si l'homme devient matériel et renonce à tout ce qu'il y a de spirituel dans son intelligence, dans sa volonté, dans sa capacité d'aimer, il est l'être le plus sauvage du monde », a-t-il souligné.


« On ne saurait privilégier les valeurs matérielles en oubliant les valeurs spirituelles : on ne peut oublier Dieu, Jésus Christ, l'Église, les commandements et les sacrements ».

« Il est toujours temps, a-t-il lancé. Donnons à Dieu la place qu'il mérite. Prions. Il nous connaît, nous écoute. Demandons-lui pardon toutes les fois que cela est nécessaire. Il nous pardonnera toujours s'il voit que nous sommes sincères ».

Le cardinal Cipriani a également demandé à la Vierge Marie de réveiller la conscience des hommes, pour les encourager à ne pas avoir peur d'annoncer la foi dans leurs activités quotidiennes.