Pérou : Pour un nouvel espoir de reconstruction

Arrivée du cardinal Bertone

| 1224 clics

ROME, Dimanche 26 août 2007 (ZENIT.org) – « Il faut faire renaître un nouvel espoir de reconstruction et d’avenir », a déclaré, lors de son arrivée à Lima, le secrétaire d’Etat du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, selon l’agence missionnaire italienne Misna.



Après le tremblement de terre du 15 août dernier qui a frappé surtout le centre-sud du pays, faisant au moins 540 victimes, un millier de blessés et 180.000 sinistrés, le cardinal a fait part de la solidarité du pape et il a apporté des fonds d’urgence : « C’est la preuve, a-t-il dit, que l’Église pense de tout son cœur aux familles qui souffrent ».

A l’issue d’une rencontre avec l’archevêque de la capitale, le cardinal Juan Luis Cipriani, et le nonce apostolique, Mgr Rino Passigato, le secrétaire d’Etat a rappelé que son intention principale est de se rendre à Pisco et à Ica - les localités les plus endommagées par le séisme (cf. Zenit du 23 août). Le cardinal devait également rencontrer le président Alan Garcia.

Pour leur part, les Nations unies ont annoncé avoir octroyé au Pérou 9,5 millions de dollars (environ 7 millions d’euros). Cet argent sera destiné à l’achat de logements provisoires pour les sans-abri pendant l’hiver austral.

« La situation passe rapidement de l’urgence à la reconstruction, mais nous avons encore d’autres nécessités urgentes, comme la construction de refuges », a déclaré Elisabeth Byrs, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

« Les communautés rurales – a-t-elle ajouté – ont été très touchées et, en raison de problèmes d’organisation, il est très difficile d’envoyer les aides. Les services sanitaires, les matériaux de construction et les instruments de chirurgie restent encore la priorité ».

Selon l’organisation internationale « Action contre la Faim », la reconstruction du réseau hydrique est l’un des aspects les plus inquiétants au lendemain du séisme.

« Heureusement, l’eau potable est déjà distribuée au moyen de camions-citernes, mais il ne s’agit que d’un programme d’urgence. Il faut que les infrastructures hydriques et sanitaires soient rétablies le plus tôt possible. C’est le seul moyen qui puisse permettre à la population de recommencer à vivre sans besoin d’aides extérieures », a dit Christian Modino, coordonnateur de cet organisme.