Persécution des chrétiens d’Orient : quelle réponse de l’Europe ?

L’ECLJ annonce une audition au Conseil de l'Europe le 25 janvier

| 2067 clics

ROME, Jeudi 20 janvier 2011 (ZENIT.org) - Le Centre Européen pour la Justice et le Droit (ECLJ) se réjouit de l'adoption par le Parlement européen d'une résolution (cf. Parlement européen), ce jeudi, sur « la situation des chrétiens dans le contexte de la liberté de religion » et annonce une audition au Conseil de l'Europe sur le thème « Persécution des Chrétiens d'Orient : quelle réponse de l'Europe ? » Nous publions ci-dessous le communiqué du ECLJ.

* * *

Strasbourg, 20 janvier 2011

Les actes de terrorisme qui ont eu lieu récemment au Proche-Orient, au Nigéria, au Pakistan et aux Philippines témoignent du drame vécu par de nombreuses communautés chrétiennes dans le monde.

Dans ce contexte, l'ECLJ organise une audition pendant la prochaine session de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, mardi 25 janvier, sur le thème « Persécution des Chrétiens d'Orient : quelle réponse de l'Europe ? »

L'ECLJ organise cette audition pour inciter le Conseil de l'Europe à agir pour la défense des Chrétiens persécutés. L'audition recommandera à l'Assemblée parlementaire de préparer et d'adopter un rapport exhaustif sur la persécution des Chrétiens dans le monde, en particulier au Proche-Orient, et d'adopter des mesures et des recommandations spécifiques sur cette question.

Mgr Antoine AUDO, évêque Chaldéen d'Alep, et le Père Emanuel YOUKHANNA, administrateur apostolique de l'Eglise Assyrienne orientale, participeront à cette audition. Ces deux responsables religieux sont engagés localement auprès des Chrétiens d'Irak et de la région.

M. Marc FROMAGER et M. Michel VARTON, respectivement directeurs nationaux de l'Aide à l'Eglise en détresse et de Portes ouvertes, ainsi que M. Grégor PUPPINCK, Directeur de l'ECLJ, participeront également.

Le Professeur Massimo INTROVIGNE, représentant de l'OSCE sur la lutte contre l'intolérance et la discrimination à l'égard des Chrétiens présentera le phénomène antichrétien croissant ainsi que des actions concrètes devant être mises en œuvre pour promouvoir la tolérance et les droits des communautés chrétiennes.

« Il est aujourd'hui plus que jamais nécessaire que les Etats européens s'engagent auprès des Chrétiens persécutés à travers le monde, et particulièrement dans les pays membres du Conseil de l'Europe ou qui lui sont géographiquement proches. Personne ne devrait être obligé de fuir son pays pour préserver sa vie et sa liberté de religion, c'est pourquoi les Etats Européens doivent condamner énergiquement cette épouvantable violence et faire pression sur les pays concernés pour qu'ils protègent leurs minorités religieuses », indique Grégor Puppinck, organisateur de l'audition.

La résolution du Parlement européen sur la situation des Chrétiens dans le contexte de la liberté de religion contient des recommandations très positives et précises que nous approuvons entièrement. En outre, au sujet de la persécution des Chrétiens dans le monde, particulièrement au Proche-Orient, l'ECLJ recommande au Conseil de l'Europe et à ses Etats membres :

-          d'exprimer leur engagement solennel de défendre les Chrétiens au Proche-Orient et dans les autres régions où ils sont persécutés ;

-          d'accorder une attention particulière à la situation des communautés chrétiennes dans le monde, à travers la promotion d'un engagement stratégique des pays concernés sur la base des traités internationaux de droits de l'homme ;

-          de prendre particulièrement en compte la situation des communautés chrétiennes lorsqu'ils élaborent et mettent en œuvre des programmes de développement, de coopération et d'aide avec des Etats tiers, ainsi que lorsqu'ils établissent des rapports sur les droits de l'homme ;

-          de développer une politique globale relative aux demandes d'asile fondées sur la religion, notamment en incluant la liberté religieuse dans les rapports par pays et les lignes directrices, et en reconnaissant la situation spécifique des minorités religieuses et des convertis ;

-          de développer une politique globale relative afin de limiter l'exode, en particulier en accordant un soutien matériel aux Etats et aux communautés qui accueillent localement les minorités chrétiennes (comme les Chrétiens syriens, les Kurdes, etc.) et d'aider au retour des réfugiés chrétiens dans leur pays natal ;

-          d'affecter plus de fonds pour les activités du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et pour l'aide humanitaire apportée par les organisations qui soutiennent les Chrétiens persécutés ; enfin

-          de continuer à promouvoir le dialogue et le respect mutuel entre les communautés, notamment en développant des programmes d'éducation et en distribuant des supports d'information qui traitent des stéréotypes et des préjugés antichrétiens.

« Les minorités chrétiennes subissent la plus grande partie des attentats violents et des autres formes de discrimination. Si le christianisme est éradiqué du Proche-Orient non seulement ces sociétés pâtiront du manque de diversité et de charité, mais l'intolérance actuelle à l'égard de toute minorité religieuse va empirer. Le Conseil de l'Europe doit s'engager pour la défense des minorités chrétiennes, particulièrement au Proche-Orient » indique encore Grégor Puppinck, Directeur de l'ECLJ.

L'ECLJ est une organisation non gouvernementale spécialisée dans la défense juridique des droits de l'homme et en particulier de la liberté religieuse. L'ECLJ est intervenu dans de nombreuses affaires devant la Cour européenne des droits de l'homme, ainsi qu'auprès d'autres mécanismes conventionnels de protection des droits de l'homme. L'ECLJ est accrédité auprès des Nations-Unies (ECOSOC) et du Parlement européen.