"Personne ne peut connaître le Christ sans entrer dans son Coeur"

Jean-Paul II explique le sens du culte liturgique du Cœur du Christ

| 1086 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 20 juin 2004 (ZENIT.org) – "Personne ne peut connaître le Christ sans entrer dans son Coeur" a déclaré en substance Jean-Paul II à l’angélus de ce dimanche, place Saint-Pierre, en évoquant la solennité du Sacré-Cœur, que l’Eglise a célébrée vendredi dernier, 18 juin.



"Vendredi dernier, rappelait le pape, nous avons célébré la solennité du Cœur sacré de Jésus, la dernière des grandes fêtes liturgiques qui, après le Temps pascal, constituent autant de synthèses admirables du mystère chrétien : la Sainte Trinité, la Corps et le Sang du Christ, et justement le Cœur sacré "source de vie et de sainteté", "notre paix et notre réconciliation" (Litanies du Sacré Cœur)".

Jean-Paul II explique la signification profonde, christologique et anthropologique, du culte du Cœur du Christ, à partir de l’encyclique de Pie XII sur le Sacré Cœur, "Haurietis Aquas" ("Vous puiserez les eaux") : "Personne ne peut connaître à fond Jésus Christ, affirme Jean-Paul II, s’il ne pénètre pas dans son Cœur, c’est-à-dire à l’intime de sa Personne divine et humaine (cf. Pie XII, Enc. Haurietis aquas: AAS 48 [1956], 316ss.)".

Jean-Paul II manifeste immédiatement la dimension sociale et mondiale de cette connaissance du Cœur du Christ : l’engagement auprès des plus pauvres, aujourd’hui, des Réfugiés.

Le pape ne sépare pas ce culte liturgique de celui du Cœur immaculé de Marie. Il concluait en effet l’angélus en disant : "Demandons avec confiance au Cœur immaculé de Marie dont nous avons fait mémoire hier, que l’humanité, accueillant le message d’amour du Christ, progresse dans la fraternité et dans la paix et que la terre devienne la "maison commune" de toutes les nations".

Jean-Paul II avait déjà évoqué la fête du Cœur du Christ lors de l’audience générale de mercredi dernier, recommandant aux jeunes de se mettre à "l’école du Coeur du Christ" (cf. ZF040616). Son insistance met en évidence un élément constant de sa spiritualité, et de l’histoire de la spiritualité de Cracovie.

Le diocèse de Cracovie a été en effet le premier à adopter la fête liturgique du Sacré Cœur promue par sainte Marguerite-Marie, à la suite des révélations du Cœur du Christ reçues dans son monastère de la Visitation à Paray-le-Monial. Karol Wojtyla a fait le pèlerinage lorsqu’il était évêque, le pape est revenu à Paray-le-Monial en octobre 1986.

Jean-Paul II a canonisé le conseiller spirituel de sainte Marguerite-Marie, saint Claude La Colombière, jésuite, qui avait lui-même reçu la mission de faire connaître la miséricorde du Cœur du Christ et de diffuser la dévotion au Sacré-Cœur.