"Peut-être aurait-on pu régler la question par le dialogue et la justice"

Par le cardinal Sfeir, patriarche d’Antioche des Maronites

| 415 clics

ROME, Lundi 8 octobre 2001 (ZENIT.org) - "Peut-être aurait-on pu régler la question par le dialogue et par la justice, comme le Pape n’a cessé de le demander", a déclaré aujourd´hui à l´agence internationale Fides le cardinal Nasrallah Pierre Sfeir, patriarche d’Antioche des Maronites.



Le patriarche libanais, qui réside habituellement à Bkerké, près de Beyrouth, se trouve actuellement à Rome pour le synode des évêques. Pour lui, l’attaque anglo-américaine ne résoudra pas le problème. Il s´attend à de nouvelles attaques terroristes. Il estime en effet qu´il n’y aura pas de paix tant que l’on ne réglera pas ce qu´il appelle "l’injustice" vécue au quotidien dans les territoires palestiniens et en Israël.

F- Quel est votre point de vue sur l’attaque américaine en Afghanistan ?
Card. Sfeir - Cette attaque était un peu inévitable. Il y avait une opinion publique à apaiser. Mais cette attaque résoudra-t-elle la question ? Il y aura de nouvelles attaques terroristes, en d’autres endroits. On a voulu plonger le monde dans la peur. (Les terroristes) sont des gens qui n’ont peur de rien, parce que, désormais, ils n’ont plus rien.

F- Comment envisagez-vous l’avenir ?
Card. Sfeir - La situation est très difficile. Peut-être aurait-on pu la régler par le dialogue et par la justice, comme le Pape n’a cessé de le demander. Le dialogue et la justice, la justice sociale surtout, qu’il est nécessaire de répandre dans le monde. Mais il n’y a rien eu de tout cela.
Quoi qu’il en soit, je ne crois pas que ce à quoi nous assistons soit une guerre contre l’islam, ou un affrontement entre civilisations : c’est une guerre qui n’a qu’une seule raison : l’injustice, qui concerne en particulier la situation de la Palestine et d’Israël. On ne peut accepter qu’il y ait des victimes tous les jours, des gens qui souffrent, des demandes qui restent sans réponse. Pour cela, je pense que, s’il y a la justice dans la résolution entre Israël et la Palestine, la tension pourrait diminuer.

F- Y aura-t-il des problèmes pour les chrétiens au Moyen-Orient ?
Card. Sfeir - Les terroristes et les fondamentalistes, nous les trouvons partout, chez les musulmans, mais aussi chez les chrétiens. Il faut que les sages et les gouvernements soient toujours vigilants pour surveiller ceux qui, dans ces circonstances, cherchent à pêcher en eau trouble et à créer des désordres.