Peut-on parler de matière vivante ?

12e épisode: Rosalind Franklin

Rome, (Zenit.org) Brunor | 1004 clics

Résumé : Pendant des milliers d’années, on pouvait encore croire que les atomes étaient capables de s’organiser seuls, sans aucune instruction intelligente, par hasard, pour « fabriquer » une fougère, un escargot, un être humain…

Mais depuis 1953, cette antique croyance est devenue beaucoup plus difficile à avaler. Car la découverte de l’ADN par Watson , Crick et Rosalind Franklin, nous a appris que les atomes obéissent à des instructions très précises, contenues dans le message génétique. C’est le message qui est premier, avant l’œuf et la poule. Au passage nous aurons une pensée pour Rosalind Elsie Franklin, la grande oubliée de l’aventure de l’ADN. Elle aurait dû recevoir le Prix Nobel en 1962, avec Crick et Watson car c’est elle qui a réalisé la première photo aux rayons X qui fut déterminante pour comprendre la structure en double hélice de cette molécule. Mais les deux autres ont exploité cette découverte qu’ils se sont procurés à son insu (leurs labos étaient voisins) et ils ont minimisé son rôle, leurs discours lors de la cérémonie du Nobel qu’elle n’a pas reçu, car cette distinction n’est jamais remise à titre posthume. Or Rosalind était décédée quatre ans plus tôt d’un cancer, sans doute provoqué par une exposition excessive aux rayons X, dans le cadre de ses recherches. Elle n’avait que 38 ans. Privée du Nobel, elle serait la grande oubliée de l’histoire des sciences, si personne ne rappelait son rôle fondamental dans cette découverte.

Comme quoi, on a vite fait d’escamoter des personnes et des idées ou de les enterrer dans l’oubli, si on n’y prend pas garde. Ainsi, on continue aujourd’hui d’entendre des gens parler de « matière vivante » comme si de rien n’était, comme si on n’avait rien découvert depuis les philosophes grecs ! Déjà Aristote se confrontait à ses pairs quand il essayait de leur expliquer que « matière vivante «  ne veut rien dire : la « matière vivante », ça n’existe pas. On ne peut parler que « d’organismes vivants », autrement dit de « psychismes ». Car ce n’est pas la matière qui est vivante, ce ne sont pas les atomes qui sont vivants, mais ces atomes sont capables d’entrer dans une composition, organisée par un principe organisateur qu’il appelle « psyché »et qui, en utilisant ces atomes, construit l’organisme qui est vivant.
D’ailleurs, Aristote avait très bien compris que la « matière » est toujours un terme relatif : la matière d’un discours, ce sont les mots qui le composent, la « matière » d’une table, c’est le bois, la « matière »  d’une armée, ce sont les soldats qui la composent, toutes ces « matières » entrent dans la composition. Mais ce ne sont jamais les mots qui rédigent le discours, ce ne sont pas les soldats qui décident de la stratégie, ce n’est pas le bois qui fabrique la table… ni les atomes qui s’organisent seuls pour faire l’écureuil ou l’être humain. Ils obéissent tous à un « principe » organisateur, en suivant ses instructions. Ce principe, Aristote le nomme « psyché » qu’on a traduit en latin anima et en français âme. Ainsi, tout être vivant est « animé », c’est-à-dire : tout organisme est organisé par un principe organisateur. A la mort, ce principe n’agissant plus, ce qui était composé va progressivement se dé-composer…

Alors, un chien a une âme ? Pas exactement. Mais un chien EST une âme qui organise la matière multiple (les atomes), pour faire l’organisme du chien. Un chien est un psychisme. Les hébreux bibliques disent la même chose qu’Aristote, ils emploient très souvent l’expression « toute âme vivante »… Pour eux, tout ce qui est vivant est une âme vivante. EN français nous disons que tout vivant est « animé ». On peut constater que cette façon de voir qui était celle d’Aristote et des hébreux est compatible avec la découverte de l’ADN.
Attention : le message génétique n’est pas mon âme, mais il est la partie visible et lisible des instructions contenues dans ce principe organisateur qu’est mon âme (psyché d’Aristote), en vue de construire mon organisme.

Je n’ai pas un corps ET une âme comme deux principes opposés (« mon corps est la prison de mon âme » !) selon l’enseignement de Platon, mais mon corps, c’EST mon âme qui organise la matière multiple pour construire mon organisme. (Nous y reviendrons…)
Mais ils y a une différence fondamentale entre tous les vivants et l’être humain : l’être humain, en plus d’être une « âme vivante », il a reçu un ruah = un souffle ou un esprit, qui vient du Créateur, en sorte que l’être humain (ha-adam) est en mesure de dialoguer avec Dieu. Il est le seul, selon la pensée biblique.


A suivre…


A propos de Rosalind Franklin : http://www.franceculture.fr/emission-la-marche-des-sciences-rosalind-franklin-depossedee-de-l-adn-2013-01-03

Vous pouvez aussi visiter le site de Brunor ou vous plonger dans ses BD (Editions SPFC).