Philippines : Enlèvement d’un missionnaire irlandais

Appel à sa libération sans délai et sans condition

| 1698 clics

ROME, Lundi 12 octobre 2009 (ZENIT.org) - Aux Philippines, à Mindanao, un missionnaire irlandais a été enlevé par des hommes armés, rapporte aujourd'hui « Eglises d'Asie », l'agence des Missions étrangères de Paris (MEP).  

Dimanche 11 octobre, en début de soirée, six hommes en armes ont fait irruption dans le jardin de la maison des Pères de Saint Colomban, des missionnaires irlandais, de Pagadian City, à Mindanao. Ils se sont emparés par la force du P. Michael Sinnott, 79 ans, qui prenait le frais à cette heure-là et l'ont emmené avec eux. Dès la nouvelle connue, les responsables religieux de la région, catholiques et musulmans, ont dénoncé ce nouvel enlèvement, appelant à la libération sans délai et sans condition du missionnaire.  

« Tout comme nous appelons les gens à prier pour [le P. Sinnott], nous enjoignons ses ravisseurs à le traiter avec respect et à le relâcher aussi rapidement que possible », a déclaré, le 12 octobre, Mgr Emmanuel Cabajar, évêque du diocèse catholique de Pagadian. Réuni en urgence, la représentation régionale du Consortium de la société civile Bangsamoro (du nom par lequel les musulmans du sud philippin se désignent) a fait part de sa « solidarité avec [ses] frères chrétiens en condamnant fermement cet acte ». Le Consortium, qui fédère des organisations musulmanes de Mindanao, a appelé ses membres à prier pour la sécurité du prêtre et sa libération « immédiate et sans condition ».   

L'enlèvement n'a pas été, jusqu'à présent, revendiqué. Toutefois, la police a déclaré à la presse locale qu'elle « n'écartait pas l'implication du groupe Abu Sayyaf ou du Front Moro de libération islamique », les deux entités étant présentes dans la région et familières des kidnappings. Sur l'île de Jolo, à plusieurs centaines de kilomètres au sud-ouest de Pagadian City, l'armée mène depuis quelques mois une importante offensive contre Abu Sayyaf, et l'une des principales bases du groupe terroriste est tombée il y a peu (1).   

Selon les informations disponibles, immédiatement après avoir été enlevé, le P. Sinnott a été  conduit par ses ravisseurs jusqu'au front de mer, où il a été placé à bord d'une embarcation légère qui a disparu à la faveur de la nuit dans la baie de Pagadian. Le P. Sinnott a subi un pontage coronarien en 2007 et prend depuis des médicaments chaque jour. Selon Mgr Cabajar, le missionnaire n'avait sur lui qu'une journée de traitement médical lorsqu'il a été enlevé.  

Né en 1929 dans le sud-est de l'Irlande, le P. Sinnott a été ordonné prêtre en 1954, avant de partir pour les Philippines en 1957 où il est nommé à Mindanao. C'est dans cette région, à l'exception d'une parenthèse de dix ans, entre 1966 et 1976, que le missionnaire a exercé son ministère, s'occupant notamment de l'aide aux enfants handicapés. En 1998, il a fondé Hangop Kabataan (‘Aider les jeunes'), structure diocésaine destinée à venir en aide aux jeunes porteurs de handicap.  

A Mindanao, les enlèvements pour raison politique ou de grand banditisme ne sont pas rares. Dernièrement, à Jolo, Abu Sayyaf a enlevé trois membres du Comité international de la Croix-Rouge ; les trois employés, une Philippine, un Italien et un Suisse, ont été libérés séparément, au terme d'une crise qui a duré de janvier à juillet 2009 (2). A propos d'enlèvements de prêtres catholiques, Abu Sayyaf s'est distingué en 2007, avec le kidnapping du missionnaire italien Giancarlo Bossi ; enlevé lui aussi à proximité de Pagadian, le prêtre avait été retenu en otage durant plus d'un mois, avant d'être relâché sans doute en échange du paiement d'une rançon. En 2001, deux missionnaires italiens, le PP. Luciano Benedetti et Giuseppe Pierantoni, étaient enlevés, l'un étant par la suite relâché par ses ravisseurs et l'autre retrouvé par la police. En 2001 toujours, le P. Rufus Halley, membre comme le P. Sinnott des Pères de Saint Colomban, a connu une fin tragique : victime d'une tentative d'enlèvement, il résista à ses agresseurs et fut abattu par ses derniers.  

(1) Voir EDA 514

(2) Voir EDA 504, 505, 511   
 

©  Les dépêches d'Eglises d'Asie peuvent être reproduites, intégralement comme partiellement, à la seule condition de citer la source.