Philippines : Promouvoir la nouvelle évangélisation, surtout en politique

Visite ad limina (suite)

| 1331 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 30 octobre 2003 (ZENIT.org) – Jean-Paul II recommande aux évêques des Philippines de promouvoir une nouvelle évangélisation dans tous les milieux de la société, et surtout en politique.



Le pape Jean-Paul II a en effet reçu ce matin en audience les évêques des cinq provinces ecclésiastiques philippines de Manille, Lingaven-Dagupan, Nueva Segovia, San Fernando, Tuguegarao et l’évêque aux armées, actuellement à Rome pour leur visite ad limina.

Le pape a souligné l’importance du combat contre la corruption et la malhonnêteté en politique, étant donné les dommages causés dans la société.

L’histoire récente des Philippines, a dit en substance Jean-Paul II, rappelle le « besoin urgent d’évangéliser intégralement tous les secteurs de la société et spécialement dans les sphères du gouvernement et de la politique ».

Un chrétien responsable, rappelle le pape, « ne peut jamais ignorer le mal de la corruption », et « aucune charge publique ne doit être considérée comme une propriété privée ou comme un privilège personnel: considérer une charge publique comme un bénéfice pour soi conduit au favoritisme, lui-même source d’abus et du mauvais usage des fonds publics ».

Le peuple philippin sait, continuait Jean-Paul II, que « dénoncer publiquement des faits de corruption réclame un grand courage ». Pour éliminer cette plaie, il faut à la fois, insistait le pape « le soutien de tous les citoyens, une détermination résolue des autorités, et une solide conscience morale ».

C’est justement dans ce contexte, expliquait le pape, que l’Eglise a un rôle fondamental en tant « qu’agent premier d’une formation correcte de la conscience des citoyens ».

Il ne s’agit pas de viser « une intervention dans les questions strictement politiques », mais plutôt de « convertir les individus et d’évangéliser la culture de façon à ce que la société elle-même puisse affronter le défi de la promotion sociale », en développant une véritable « transparence dans le gouvernement », et en refusant la corruption.

Le pape évoquait ainsi l’engagement de l’Eglise des Philippines dans une nouvelle évangélisation, fondée sur le témoignage chrétien. Il évoquait l’exemple de Mère Teresa de Calcutta qui, disait-il, a montré comment, à une époque où nous sommes « bombardés de paroles », les « actions accomplies par les Chrétiens doivent parler plus fort que les mots ».

Citant l’expérience de la Journée mondiale de la Jeunesse à Manille, en 1995, le pape a mis l’accent sur le rôle des jeunes dans cette nouvelle évangélisation, en louant les multiples initiatives de l’Eglise locale en leur faveur. Le pape invitait les évêques à assurer aux jeunes, en particulier ceux qui se trouvent en danger, une éducation qui les soutienne pour qu’ils affrontent les menaces de la drogue, et de l’alcool, qui mettent en danger leur développement.

Le pape diagnostiquait également d’autres éléments négatifs présents dans la société philippine auxquels il invitait les évêques à apporter des remèdes, comme la présence de certains catholiques dans les sectes, le manque de familiarité des fidèles avec l’enseignement de l’Eglise ou la diffusion des comportements contre la vie humaine, comme l’avortement.

Enfin, le pape recommandait aux évêques des Philippines de « développer la mission ad gentes ».