Pleins pouvoirs au délégué du pape pour la révision de la Légion du Christ

Un décret du Saint-Siège communique ses fonctions

| 1814 clics

ROME, Dimanche 25 juillet 2010 (ZENIT.org) - Mgr Velasio De Paolis, C.S., délégué pontifical pour la Légion du Christ, a reçu de Benoît XVI les pleins pouvoirs pour gouverner la Congrégation pendant le temps qui sera nécessaire pour accomplir le chemin de renouvellement, réviser les Constitutions et convoquer un chapitre général extraordinaire.

C'est ce qu'indique le décret sur les « modalités d'accomplissement de la tâche de délégué pontifical » signé par le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat, et présenté par Mgr De Paolis le 21 juillet durant la deuxième réunion qu'il a eue avec le Conseil général de la Congrégation. Le décret est publié en italien (langue originale) sur le site de la Légion du Christ.

La Congrégation publie également la lettre que le pape Benoît XVI a envoyée le 16 juin à Mgr De Paolis par laquelle il le nomme délégué pontifical après la récente visite apostolique à la Légion du Christ qui a « mis en évidence, outre le zèle sincère et la vie religieuse fervente d'un grand nombre de membres de la Congrégation, la nécessité et l'urgence d'un chemin de révision profonde du charisme de l'Institut ».

En onze points, le décret établit les « précisions et dispositions approuvées par le Souverain Pontife ».

Il indique tout d'abord que « l'autorité accordée par le Saint-Père au délégué pontifical, très large et qui sera exercée au nom du Souverain Pontife lui-même, s'étend à tout l'Institut : à tous les supérieurs, aux différents niveaux (direction générale, provinciale et locale) à toutes les communautés et aux religieux individuels. Cette autorité concerne tous les problèmes propres à l'Institut religieux et peut toujours s'exercer quand le délégué le considère nécessaire pour le bien de l'Institut lui-même, même s'il déroge aux Constitutions ».

Le deuxième point indique que « les supérieurs de l'Institut à tous les niveaux, exercent leur autorité selon les Constitutions, et sous l'autorité du délégué pontifical lui-même ».

« Ceux-ci restent par conséquent à leur poste », « tant qu'il ne sera pas nécessaire de décider autrement ».

Troisième point : le décret établit que « les supérieurs doivent agir en communion avec le délégué pontifical. Celui-ci doit non seulement être informé de la vie de l'Institut, particulièrement des affaires plus importantes, mais l'approbation des décisions du gouvernement général lui est réservée : aussi bien pour ce qui concerne les personnes (admission au noviciat, à la profession, au sacerdoce, nomination et transfert du personnel) que les choix apostoliques et de formation (séminaires, instituts académiques, écoles) et les questions d'administration extraordinaire ou les actes de cession de biens ».

Le décret précise par ailleurs que « tous ont librement accès au délégué et tous peuvent traiter personnellement avec lui ; de son côté, le délégué a le pouvoir d'intervenir en tout lieu où il l'estime opportun, y compris dans le gouvernement interne de l'Institut, à tous les niveaux ».

Le document du Vatican souligne que pour accomplir sa mission, le délégué est « accompagné par quatre conseillers personnels, qui l'assistent dans l'accomplissement de son travail, selon les circonstances et les possibilités, et que ceux-ci peuvent être chargés de tâches spécifiques, particulièrement de visites » aux communautés.

Le décret explique que « la tâche principale du délégué pontifical est celle d'entamer, d'accompagner et de mener à bien la révision des Constitutions ».

« Tous les membres de l'Institut doivent collaborer à la révision des Constitutions, aussi bien au niveau individuel que communautaire, selon un projet qu'il faudra élaborer et mettre en route dès le début, souligne le décret. Il faudra par conséquent constituer le plus rapidement possible une Commission pour la révision des Constitutions, aux différents niveaux de l'Institut, avec la participation surtout des membres de l'Institut lui-même, qui doivent se sentir responsables de la révision et de la ré-élaboration de leur projet de vie évangélique, toujours en harmonie avec l'enseignement de l'Eglise. Le délégué pontifical sera président de la Commission centrale pour la révision des Constitutions ».

Le décret indique par ailleurs que le délégué pontifical coordonnera la visite apostolique du mouvement apostolique « Regnum Christi ».