Pluie et soleil à Cuatro Vientos, édito du directeur de l’OR

Gian Maria Vian revient sur les JMJ de Madrid

| 1471 clics

ROME, Mardi 23 août 2011 (ZENIT.org) – La veillée du samedi soir avec les jeunes : voilà ce qui restera dans la mémoire des jeunes venus du monde entier pour les Journées Mondiales de la Jeunesse de Madrid, a estimé Gian Maria Vian, directeur de L’Osservatore Romano, dans un édito consacré à la 26e édition des JMJ.

Dans son texte, il rappelle l’image d’un Benoît XVI « fouetté par la pluie battante et protégé à grand-peine par quelques parapluies blancs » qui affirme à ses collaborateurs « qu’il souhaite rester » malgré les bourrasques, et soutenir ainsi « ces jeunes entassés et trempés dans l’espace immense de l’aéroport de Cuatro Vientos ».

Il exprime ainsi, « par un geste de courage simple et serein, sa relation avec ces jeunes : la juventud del Papa », affirme Gian Maria Vian. Ce n’est peut-être « rien de plus qu’un signe », a-t-il ajouté, mais un signe « chargé de signification pour une vérité profonde qui renvoie à l’essentiel : l’affection pour le pape, toujours mieux connu sous ses traits authentiques ».

« Le pape avec les jeunes, donc, contra viento y marea (contre vents et marées), comme l’a intitulé de manière suggestive « La Razón », le quotidien qui a donné le plus d’espace à la rencontre ». Avec le pape, ils ont été « ensemble sous la pluie et ensemble sous le soleil » à Cuatro Vientos, lors de la messe de clôture des JMJ avec des centaines de prêtres, évêques et des dizaines de cardinaux.

« La signification religieuse et spirituelle, très claire dans les paroles de Benoît XVI, est donc le résultat principal et le plus authentique de la Journée mondiale », a encore ajouté le directeur de L’Osservatore Romano. « Mais un événement qui a aussi attiré, avec des commentaires en général favorables après une méfiance initiale, l’attention des médias internationaux ».

Cela était arrivé – a-t-il rappelé – lors de la visite du pape au Royaume Uni, qui fut « précédée par une série d’articles injustes et négatifs qui ont laissé la place à un consensus quasi unanime — et c’est le mérite indiscuté de beaucoup de journaux britanniques d’avoir su changer d’opinion — pour mettre en évidence l’humilité du pape et sa capacité agréable de s’adresser à tous, se faisant comprendre aussi des fidèles non-catholiques ».

« Des polémiques et des protestations, il y en a eu », a-t-il ajouté, mais elles ont été « marginales ». « Les journées de Madrid, en somme, ont été un succès reconnu par les médias, surtout espagnols ». Et cela grâce à ses « protagonistes » c’est-à-dire avant tout « Benoît XVI et sa juventud, et puis naturellement les organisateurs et, last but not least, l’Espagne : le roi Juan Carlos, avec la famille royale, le gouvernement et les diverses autorités ».

Marine Soreau