Plus de 50.000 servants d'autel place Saint-Pierre

50 ans du « Coetus internationalis ministrantium »

| 1975 clics

ROME, Mardi 17 août 2010 (ZENIT.org) - Plus de cinquante mille servants d'autel européens de 14 à 25 ans se sont retrouvés place Saint-Pierre lors de l'audience générale du 4 août, à l'occasion de leur Xème pèlerinage (2-4 août), sur le thème : « Boire à la source véritable », ont souligné Radio Vatican et L'Osservatore Romano en français du 3 août 2010.

Ce pèlerinage était organisé par le Coetus internationalis ministrantium (CIM), qui célèbre cette année le 50e anniversaire de sa fondation et est présidé par Mgr Martin Gächter, évêque auxiliaire de Bâle.

La rencontre avec le pape a été précédée par une veillée avec chants, prière et témoignages, place Saint-Pierre, dans la soirée du mardi 3 août. Le rassemblement du 2 août 2006 avait lui aussi été marqué par une rencontre avec Benoît XVI.

Quarante-cinq mille servants d'autel sont venus d'Allemagne. Le coordinateur de la manifestation de cette année est le bureau pour la pastorale des jeunes de la Conférence épiscopale allemande. Huit mille servants d'autel venaient de douze autres pays européens, dont l'Autriche, la Hongrie, la France, la Roumanie et la Suisse.

Une statue de saint Tarcisius - servant d'autel lapidé au IIIème siècle - de presque cinq mètres de hauteur et d'un poids de quatre tonnes, a été bénie par le pape Benoît XVI.

Elle a été coulée dans le bronze aux Fonderies de cloches et d'art Rüetschl, à Aarau, en Suisse, par l'orfèvre bâlois Bernhard Lang, qui a lui-même été servant d'autel.

Il a représenté le jeune Tarcisius en mouvement, plaçant au premier plan « la disponibilité à prêter son service à l'autel ».

Partie de Suisse il y a deux ans, la statue a pu être admirée pendant deux jours place Saint Pierre. Le 5 août, elle a été définitivement installée aux catacombes de Saint Calixte, sur la Via Appia, le lieu présumé de sa tombe, un lieu de pèlerinage significatif pour les jeunes servants d'autel.

La vie de Tarcisius est connue grâce à un poème du pape Damase (366-384). Selon une « Passion » plus tardive, Tarcisius, appelé « acolyte », a souffert le martyre le 15 août 257.

Le martyrologe romain a choisi cette date comme jour de sa fête. La tradition selon laquelle le pape Zéphyrin (199-217) et Tarcisius reçurent une sépulture commune (à des dates différentes) au cimetière de saint Calixte. Le corps du jeune martyr a été ensuite transféré dans la basilique romaine de San Silvestro in Capite.

« Si le rassemblement se veut festif, personne n'ignore qu'il intervient, cette année, dans un contexte douloureux pour l'Église. Au cours d'une conférence de presse, les responsables se sont toutefois déclarés sereins. Le mouvement n'a pas été affecté par les scandales de pédophilie. Et ce rassemblement est le signe de la vitalité de la présence des jeunes dans l'Église même si on ne peut éluder les problèmes et la nécessité d'être vigilants », a commenté Radio Vatican.

Anita S. Bourdin