Plus de droits aux femmes et aux enfants sans domicile fixe

Première rencontre de la pastorale de la rue pour l’Asie et l’Océanie

| 1619 clics

ROME, Jeudi 18 novembre 2010 (ZENIT.org) - Les gouvernements des pays d'Asie et d'Océanie sont appelés à améliorer « les conditions des citoyens sans domicile fixe », en leur garantissant des « habitations décentes à des prix accessibles, des services indispensables et des opportunités de formation et de travail ».

Cet appel du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement est issu des recommandations de la première rencontre de la pastorale de la rue pour l'Asie et l'Océanie, qui a eu lieu à Bangkok (Thaïlande) du 19 au 23 octobre dernier.

Dans le document en 12 points, les organismes catholiques et les communautés chrétiennes sont invités à apporter leur soutien « à l'amélioration de la vie des femmes et des enfants vivant dans la rue », en accordant une attention particulière à la sensibilisation « sur les atrocités commises à l'égard » de ces catégories de personnes les plus vulnérables.

La rencontre de Bangkok, organisée par le Conseil pontifical, en collaboration avec le Bureau pour le développement humain de la Fédération des conférences épiscopales d'Asie (FABC) réunissait 57 représentants de 17 pays de la région.

Toutes les communautés chrétiennes, à commencer par les paroisses, sont invitées à ne négliger aucune tentative visant à « sauvegarder l'unité, la dignité et le caractère central de la famille », qui sont une garantie pour leur identité et une prévention contre l'effritement que provoquent la pauvreté, la violence, le trafic et la traite de personnes humaines ».

Le document invite à une meilleure coordination entre le Conseil pontifical et les épiscopats d'Asie dans la réalisation d'initiatives spécifiques concernant la sécurité routière, le problème des sans domiciles fixes, des femmes et des enfants dans les rues.

Il propose également l'institution d'une journée de l'Asie contre le trafic de personnes humaines, le premier dimanche d'octobre, et la constitution de commissions chargées spécifiquement de la mobilité humaine, au sein des Conférences épiscopales nationales.