Pologne : 2e Congrès apostolique mondial de la miséricorde

Interview du P. Patrice Chocholski, secrétaire général, pour le cardinal Schönborn

| 1545 clics

ROME, Dimanche 26 juin 2011 (ZENIT.org) – Alors que le cardinal Schönborn vient d’annoncer le prochain Congrès Apostolique Mondial  de la Miséricorde (WACOM) (www.youtube.com/watch?v=mawc41RkHYI), ZENIT a interrogé son secrétaire général, le P. Patrice Chocholski. Après une première rencontre à Rome en 2008, ce deuxième congrès se tiendra à Cracovie du 1er au 5 octobre prochains.

ZENIT : Qu’est ce que le WACOM au juste ?

P. Patrice Chocholski : C’est une réponse de toute l’Eglise à un appel universel à la Miséricorde de Dieu, adressé à nous par les Evangiles et rappelé vigoureusement par Jean Paul II (Cracovie, 17-18 août 2002), de même que par les encycliques de Benoît XVI. L’Eglise devrait être plus consciente et plus motivée par le mystère de la Miséricorde divine dans toute sa mission (Dives in misericordia, 12) ; la divine Miséricorde devrait être le paradigme de toute évangélisation. 

Comment répondre à cet appel universel dans nos paroisses, nos diocèses, nos services et mouvements ? Comment offrir au monde une nouvelle inspiration, grâce à la créativité que suscite l’expérience de la Miséricorde? C’est un défi majeur. L’Eglise, avec ses pasteurs, tente d’y répondre. C’est le processus du WACOM.

ZENIT : Que s’est-il passé après le Congrès Mondial de Rome?

P. Patrice Chocholski : Le Saint Père nous a encouragés à devenir témoins de la divine Miséricorde dans notre quotidien et dans nos missions spécifiques. Les délégués continentaux et nationaux, présents à Rome, ont organisé des Congrès régionaux partout dans le monde, avec leurs conférences épiscopales respectives, pour approfondir la spiritualité de la Miséricorde, en la partageant dans leurs paroisses et mouvements, avec d’autres chrétiens, dans les relations interreligieuses et aussi avec les non-croyants.

Source créative, elle contribue à créer de nouvelles passerelles dans nos sociétés modernes, entre les cultures et les religions. En elle nous trouvons des énergies nouvelles pour nos missions. Car c’est bien l’amour du Christ qui nous pousse, comme un feu (cf. 1 Co 5, 14). C’est vraiment l’unique espérance pour le monde et pour l’Eglise! 

« Le monde ne trouvera pas la paix tant qu’il ne se tournera pas avec confiance et détermination vers le mystère de la divine Miséricorde » (cf. Journal de Sainte Faustine).

Ainsi, en 3 ans, après le Congrès de 2008, le WACOM s’est déployé dans le monde à travers 5 congrès continentaux, avec une importante participation et représentativité :

1)    Océanie (Samoa, juillet 2009) : sur le vrai visage de Dieu et le vrai visage de l’homme, avec un accent fortement œcuménique.

2)    Asie (Manille, novembre 2009) : Jésus, unique médiateur ; participation de nombreux pays et de 2 communautés bouddhistes.

3)    Amérique du Nord (Washington, novembre 2009) : Les conversions par la rencontre avec le Visage miséricordieux.

4)    Amérique latine (Panama, septembre 2010) : Joie et force de l’évangélisation provenant de la rencontre avec le Christ Miséricorde.

5)    Afrique (Kigali, octobre 2010) : la réconciliation par la Miséricorde (présence de la TV nationale), avec la participation d’hommes politiques ;

Et beaucoup d’autres Congrès nationaux, comme : Lyon (2009), Collevalenza (2010), Beauraing (2010), Bogotá (2009), Puebla (2010), Manille (2010), Iles Fiji (2010). Dans l’ensemble,  50 congrès.

Ils ont été organisés par des évêques et leurs comités nationaux. Quelques congrégations religieuses ont contribué particulièrement à leur déroulement, comme les Pères Mariens, les Pallotins, les Serviteurs et Servantes de l’Amour miséricordieux.

Nous bénéficions aussi du soutien des sanctuaires de la divine miséricorde dans le monde entier, également en Chine : je mentionne Stockbridge (USA), Kigali (Rwanda), Osny (France).

Nous accueillons également de l’apport des centres théologiques de la Miséricorde comme : Collevalenza (Italie), Puebla (Mexico), Manille (Philippines) et bien sûr, last but not least, Cracovie.

ZENIT : Pourriez-vous nous donner des détails sur le programme et les inscriptions au Congrès Mondial de Cracovie ?

P. Patrice Chocholski : Le programme est semblable à celui de Rome : Conférences et messes au sanctuaire de la divine Miséricorde à Lagiewniki près de la tombe de Sainte Faustine ; prière oecuménique à Auschwitz et à Wadowice ; ateliers, témoignages, prière en différentes langues et églises de la ville ; festival intercontinental sur la Place du marché ; communication des coordinateurs régionaux. Vous pourrez vous inscrire en allant sur http://www.wacom2011.pl

Grâce au cardinal Stanislas Dziwisz, l’archevêque organisateur, il n’y a plus de restriction du nombre. Dans l’esprit de Jean-Paul II, les portes sont grandes ouvertes à tous. Il n’est pas nécessaire d’être délégué officiel pour y participer. Soyez tous les bienvenus !

ZENIT : Quelles seront les suites de ce processus après Cracovie 2011 ?

P. Patrice Chocholski : Bien, nous nous mettrons en écoute de la voix du bon Pasteur ! Nous tenterons de discerner ses plans de Miséricorde (cf.  Rm 9-11)  Il y aura sans doute un troisième Mondial. Certains coordinateurs avancent le nom de Vilnius ou de Bogota. Il appartiendra au Comité des cardinaux, dont le Président est Christoph Schönborn, d’en décider.

Entre temps, si le projet vous intéresse, nous vous prions de prendre contact avec votre coordinateur national, en cliquant sur http://www.worldapostoliccongressonmercy.org/ et en choisissant votre pays. Beaucoup d’entre eux sont des évêques cooptés par les conférences épiscopales et le cardinal Schönborn. Si vous venez d’un pays pas encore pourvu de coordinateur officiel, veuillez nous le signaler en écrivant au secrétariat WACOM  mercy.congresses@gmail.com . Nous vous aiderons.

A bientôt à Cracovie… ou peut-être chez vous, dans votre pays !

Pour plus d’informations, veuillez consulter  www.worldapostoliccongressonmercy.org