Pologne : Benoît XVI encourage le Mouvement « Lumière et Vie »

30e anniversaire du premier voyage de Jean-Paul II chez lui

| 2493 clics

ROME, Mercredi 3 juin 2009 (ZENIT.org) - Benoît XVI dit son action de grâce pour les fruits « en Pologne et en Europe » du voyage de Jean-Paul II dans sa patrie en 1979. Et il encourage la croissance du Mouvement « Lumière et Vie ».

En effet, le pape a salué dans leur langue les Polonais présents à l'audience du mercredi en mentionnant les festivités qui marquent, dans l'Eglise de Pologne, ce 30e anniversaire du premier voyage du pape Wojtyla dans sa patrie.

« Je m'unis à l'action de grâce pour tout ce qui, grâce à cette visite, s'est accompli en Pologne et en Europe », a confié le pape.

Il a également salué les membres du mouvement « Lumière et Vie » (ou RSZ, pour « Ruch Swiatto-Zycie », cf. Zenit du 3 juillet 2006) qui sont actuellement rassemblés à Varsovie.

Les débuts de Lumière et Vie remontent aux années 1950 quand, dans le diocèse de Katowice, en Pologne, sous la conduite du Père Franciszek Balchnicki (1921-1987) commence l'expérience des « Oasis », retraites spirituelles pour adolescents d'une durée de quinze jours.

Durant la période qui va de 1963 à 1973 - où Lumière et Vie travaille surtout dans le domaine de la formation de la jeunesse - la physionomie du Mouvement se précise, voyant dans la mise en œuvre du renouveau conciliaire son champ d'action spécifique. Fondées sur la Parole de Dieu et sur la liturgie, naissent ainsi les idées forces Lumière-Vie, homme nouveau, communauté nouvelle, culture nouvelle.

A partir des années 1970, la participation à des retraites spirituelles commence à toucher aussi les étudiants, les travailleurs, les prêtres, les religieux, les séminaristes, mais surtout les familles qui, constituées en communautés, prendront le nom d'Église domestique.

Le 11 juin 1973, l'archevêque de Cracovie de l'époque, Mgr Karol Wojtyla, consacre à l'Immaculée, Mère de l'Église, le Mouvement Lumière-Vie qui, dans cette consécration, reconnaît l'acte de sa constitution officielle.

« Je demande à Dieu, a déclaré Benoît XVI ce matin, toujours dans sa salutation en polonais, que se développe ce mouvement auquel l'Eglise en Pologne doit tant ».

Le pape a adressé une salutation spéciale aux jeunes rassemblés à Lednica en disant : « Par le baptême, vous êtes insérés dans le Christ. Choisissez-le consciemment comme le chemin et le but de votre chemin de vie. Que Dieu vous bénisse tous ».

Benoît XVI avait déjà évoqué dimanche dernier, en la solennité de la Pentecôte, ce premier voyage de Jean-Paul II dans sa patrie et sa prière pour une effusion de l'Esprit sur sa terre polonaise, encore sous le joug communiste.

Après la prière du Regina Coeli de dimanche, en la solennité de la Pentecôte, Benoît XVI a en effet adressé une salutation aux Polonais dans leur langue.

« Je salue cordialement tous les compatriotes du Serviteur de Dieu Jean-Paul II. C'est lui qui, il y a trente ans, a lancé cette invocation, à Varsovie : 'Que descende ton Esprit ! Et qu'il renouvelle la face de la terre. De cette terre !' », a rappelé Benoît XVI, faisant allusion aux transformations qui sont survenues depuis en Pologne, en Europe de l'Est.

« Nous sommes témoins des changements qui surviennent dans le monde, avait ajouté le pape. Mais le renouveau de la face de la terre n'est pas possible sans le renouveau des cœurs des hommes. C'est pour cela que nous demandons : que descende ton Esprit et qu'il renouvelle nos cœurs dans le Christ. Je vous souhaite à tous ce renouvellement ».

Jean-Paul II a lui-même évoqué à plusieurs reprises cet événement extraordinaire, notamment lors d'une audience générale le mercredi 26 mai 2004, lors de la salutation à ses compatriotes, dont des paroissiens de sa paroisse native de Wadowice.

Il leur avait dit : « Nous nous approchons de la grande solennité de la Pentecôte. Il me vient à l'esprit les paroles que j'ai prononcées il y a vingt-cinq ans place de la Victoire, à Varsovie, dont le nom actuel est place de Józef Pilsudski ».

Lors de la messe célébrée par Jean-Paul II, - ce qui constituait une audace extraordinaire après 35 ans de propagande athée - l'autel monumental était dominé par une immense croix de quinze mètres drapée d'une étole rouge. La célébration avait été précédée de la diffusion par les haut-parleurs de musique et de poèmes, de Slowacki et Galcynski en particulier, prophètes de la venue du « pape slave ».

Une dalle rappelle aujourd'hui que le pape polonais y a célébré la messe, lors de ce premier voyage dans sa patrie, du 2 au 10 juin 1979, qui fut un coup de boutoir décisif dans l'édifice athée.

Jean-Paul II confiait qu'il continuait à faire chaque jour cette même prière à l'Esprit Saint que son père lui avait enseignée : « En pensant à la réalité d'aujourd'hui, expliquait-il en 2004, je répète ces paroles toujours actuelles dans ma prière quotidienne : Que descende ton Esprit ! Et qu'il renouvelle la face de la terre. De cette Terre. Que Dieu vous soit propice ! »

Cette même prière, le pape mourant la lira au seuil de l'autre vie, qu'il a franchi le 2 avril 2005, à 21 h 37, à 84 ans, après 26 ans et 168 jours de pontificat.

Anita S. Bourdin