Pologne : Commémoration liturgique du bienheureux père Jerzy Popieluszko

Le prêtre assassiné par le régime communiste le 19 octobre 1984

| 1385 clics

ROME, jeudi 20 octobre 2011 (ZENIT.org) – Le 19 octobre 1984, le père Jerzy Popiełuszko a été assassiné à la suite de son enlèvement par des fonctionnaires des services de sécurité du régime polonais.

Selon la volonté de Benoît XVI, la commémoration liturgique du bienheureux père Jerzy Popieluszko est célébrée le 19 octobre. Elle donne lieu à une série d’initiatives : Messe, temps de prières, rencontres culturelles et patriotiques.

C'est à Varsovie, en l’Eglise San Stanislao Kostka dans le quartier de Żoliborz, que le cardinal Kazimierz Nycz, archevêque métropolitain, a célébré la Messe près de sa tombe.

La ville de Radomsko, dans l’archidiocèse de Czestochowa, a quant à elle, accueilli l’édition spéciale d’un concours de poésie sur la vie du père Popiełuszko.

Le prêtre polonais était né le 14 septembre 1947 à Okopy, unpetit village de Voïvodine, au nord-est deBiałystok, au sein d’une famille de paysans profondément chrétienne.

Entré au grand séminaire de Varsovie en 1965,il a été appelé un an plus tard sous les drapeaux, pour faire ses trois années de service militaire dans une unité spéciale. Les autorités militaires procédaient à un endoctrinement anticlérical et antireligieux pour détourner les séminaristes de leur vocation. Il fut l'objet de vexations et de persécutions qui portèrent atteinte à sa santé.

Le P. Popiełuszkofut ordonné prêtre le 28 mai 1972 par le cardinal StefanWyszyński, primat de Pologne, et choisit pour devise sacerdotale les paroles du prophète Isaïe et de l'Évangile de Luc : « Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, panser les plaies des cœurs brisés ».

Après la proclamation de la loi martiale, en 1981, le père Popieluszko s'était mis à célébrer des « Messes pour la patrie », où les homélies affrontaient des thèmes religieux et spirituels mais aussi des questions d'actualité, à caractère social, politique et moral, illustrant les documents fondamentaux de la doctrine sociale de l'Église et les enseignements de Jean-Paul II et du cardinal StefanWyszyński.

Il fut enlevé le 19 octobre 1984 par des fonctionnaires des services de sécurité du régime et assassiné. Plus de 1.000 prêtres et des centaines de milliers de fidèles participèrent à ses funérailles.

De 1984 jusqu'à aujourd'hui, 18 millions de pèlerins se sont rendus, en groupes organisés,priersur sa tombe, dans l'Église SanStanislaoKostka.

En 26 ans, les polonais de 7.512 villes et villages sont venus prier sur la tombe du père Popieluszko. De même que 310.000 pèlerins étrangers provenant de 134 pays.

Parmi les personnalités à avoir prier sur la tombe du prêtre martyr l'on compte : le pape Jean-Paul II (14 juin 1987), le cardinal Joseph Ratzinger (aujourd'hui Benoît XVI), le cardinal Jean-Marie Lustiger, alors archevêque de Paris, George Bush, ancien président des États-Unis, Margaret Thatcher, ancien premier ministre britannique, Vaclav Havel, ancien président de la République Tchèque, Giulio Andreotti, ancien président du Conseil italien.

don Mariusz Frukacz