Pologne : la mère du bienheureux Jerzy Popiełuszko s'est éteinte

Un modèle de foi et de pardon

Varsovie, (Zenit.org) P. Mariusz Frukacz | 956 clics

Marianna Popiełuszko, mère du bienheureux père Jerzy Popiełuszko, s’est éteinte à l’âge de 93 ans, à l’hôpital de Bialystok, en Pologne.

Marianna était née le 1er juin 1920, dans la région rurale de Bialystok. Mariée à 22 ans, durant la guerre, elle a donné le jour à cinq enfants, dont deux sont morts : une fillette de deux ans, et Jerzy, le prêtre martyr du totalitarisme, devenu un symbole de la résistance au régime communiste.

En 2006, le président polonais, Lech Kaczynski, avait remis à Marianna Popiełuszko la Croix et l’Etoile de l’Ordre de la Renaissance de la Pologne. La personnalité de cette femme avait fasciné et aiguisé la curiosité de divers journalistes et écrivains, si bien que de nombreuses publications lui sont consacrées.

Milena Kindziuk, journaliste au « Niedziela » et auteur du livre « Popiełuszko », interrogée par l'agence catholique KAI a même déclaré : « Il n’y aurait pas un père Jerzy sans la foi et la confiance de sa mère, Marianna, qui a pardonné aux assassins de son fils ». Marianna Popiełuszko, ajoute-t-elle, « a enseigné à ses enfants la foi et la prière. Quand son fils Jerzy est entré au séminaire, elle a dit avoir donné son fils à l’Eglise de tout son cœur. Elle a approuvé en effet toutes les décisions des supérieurs de l’Eglise, même celles dont elles n’étaient convaincue ».

« La foi était le centre de sa vie, a ajouté Milena Kindziuk. Après la mort de don Jerzy, sa mère fut un vrai témoin de la mission de son fils. Elle participait chaque année au pèlerinage des Ouvriers à Jasna Góra. Et le 18 septembre 2004, elle avait aussi participé au VIIIe Pèlerinage de l’hebdomadaire catholique « Niedziela » et ses collaborateurs au sanctuaire de la Vierge de Częstochowa. A cette occasion, Marianna reçut des mains de Mgr Ireneusz Skubiś, rédacteur en chef de la revue, la Médaille Mater Verbi ».

Pour Marianna, voir son fils Jerzy être tuer à l’âge de 37 ans par le régime communiste ne fut pas facile. Plus de 400.000 personnes participèrent aux funérailles du prêtre. A cette période, 17 millions de personnes sont venues visiter sa tombe, et tous les 19 octobre, une veillée de prière de 24 heures évoque sa mémoire. Héros national dans son pays, Jerzy Popiełuszko a été reconnu par l’Eglise catholique comme martyr et béatifié à Varsovie le 6 juin 2010, sur la place intitulée au Maréchal Piłsudski.

« Enfant, raconte  Marianna Popiełuszko dans un entretien de 2010 au « Niedziela », le père Jerzy priait chez lui avec toute sa famille. Nous avons toujours prié tous ensemble. Chaque mercredi nous priions devant l’image de Notre-Dame du Bon Secours, chaque vendredi devant le Sacré Cœur de Jésus, et le samedi devant la Vierge de Czestochowa ».

Marianna parle aussi de Niepokalanów (Ville de l’Immaculée), près de Varsovie, où se trouve la communauté religieuse catholique fondée en 1927 par le père Maximilien Kolbe, qui était le lieu préféré du père Popiełuszko. Pour Jerzy, saint Maximilien Kolbe était le plus grand exemple sacerdotal.

« Ma plus grande douleur a été la mort du père Jerzy, dit-elle encore. Mais je ne juge personne. Dieu est seul juge. Ma grande joie sera quand les personnes qui ont tué le père Jerzy se convertiront ». A la question « Priez-vous par intercession de votre fils ? », Marianna répond : « Je prie Dieu. Il faut prier tous les jours. Tant de fois j’ai prié par intercession du père Jerzy, mon fils, et il m’a aidée. Il savait qu’il n’y avait pas plus important dans la vie que la présence de Dieu. »

Traduction d'Océane Le Gall