Pour Benoît XVI, « plus on s’approche de Dieu, plus on est utile aux autres »

Homélie pour la Journée mondiale de la Vie consacrée

| 2391 clics

ROME, Mardi 2 février 2010 (ZENIT.org) - « Plus on s'approche de Dieu plus on est proche de Lui, plus on est utile aux autres », a déclaré Benoît XVI dans son homélie prononcée au cours des vêpres de la fête de la Présentation de Jésus au Temple de Jérusalem, et en la Journée mondiale de la Vie consacrée.

Le pape a présidé l'Exposition du Saint-Sacrement, les vêpres et le salut du Saint-Sacrement, à 17 h 30 en la basilique Saint-Pierre, ce 2 février, en présence des consacrés présents dans le diocèse de Rome.

Le pape a rappelé le triple objectif de cette Journée de la Vie consacrée instituée par Jean-Paul II en 1997 : rendre grâce à Dieu pour le don de la vie consacrée, la faire connaître à tout le Peuple de Dieu et « célébrer les merveilles que le Seigneur a faites » dans la vie des consacrés.

L'expérience du pardon

Mais le pape a insisté également sur la miséricorde et le pardon en disant : « Les personnes consacrées sont appelées d'une façon particulière à être des témoins de cette miséricorde du Seigneur dans laquelle l'homme trouve son salut. Elles maintiennent vivante l'expérience du pardon de Dieu, parce qu'elles ont conscience d'être des personnes sauvées, d'être grandes quand elles se reconnaissent petites, de se sentir renouvelées et enveloppées de la sainteté de Dieu quand elles reconnaissent leur péché ».

Une école de la confiance

Mais cette reconnaissance s'accompagne d'une grande « confiance », souligne le pape en disant : « Pour l'homme d'aujourd'hui aussi, la vie consacrée reste une école privilégiée de la « componction du cœur », de la reconnaissance humble de sa propre misère, mais pareillement, elle reste une école de la confiance dans la miséricorde de Dieu, dans son amour qui n'abandonne jamais ».

« En réalité, a insisté le pape, plus on s'approche de Dieu, plus on est proche de Lui, plus on est utile aux autres. Les personnes consacrées font l'expérience de la grâce, de la miséricorde, et du pardon de Dieu non seulement pour elles-mêmes mais aussi pour leurs frères, en étant appelées à porter dans leur cœur et dans la prière les angoisses et les attentes des hommes, spécialement de ceux qui sont loin de Dieu ».

Le rôle des contemplatifs

Benoît XVI a spécialement mentionné la vocation contemplative en disant : « Les communautés qui vivent en clôture, avec leur engagement spécifique de fidélité à « demeurer avec le Seigneur », dans leur « demeurer au pied de la Croix », elles exercent souvent ce rôle vicaire, unies au Christ de la Passion, en prenant sur elles les souffrances et les épreuves des autres et en offrant toute chose avec joie pour le salut du monde.

Signe de la gratuité et de l'amour

Benoît XVI a souligné que les personnes consacrées sont signe à la fois de la gratuité et de l'amour : « Chers amis, nous voulons élever vers le Seigneur une hymne d'action de grâce et de louange pour la vie consacrée elle-même. Si elle n'existait pas, le monde serait tellement plus pauvre ! Au-delà des évaluations fonctionnelles superficielles, la vie consacrée est importante justement du fait qu'elle est signe de gratuité et d'amour et cela d'autant plus dans une société qui risque d'être étouffée dans le tourbillon de l'éphémère et de l'utile (cf. Exhortation apostolique post-synodale de Jean-Paul II « Vita consecrata », 105) ».

Le pape a eu aussi des paroles pour qui est tenté par le découragement : « Je pense aux personnes consacrées qui sentent le poids de la fatigue quotidienne rare en gratifications humaines, je pense aux religieux et aux religieuses âgés, malades, à ceux qui se sentent en difficulté dans leur apostolat... Aucun d'entre eux n'est inutile, parce que le Seigneur les associe au « trône de la grâce ». Ils sont au contraire un don précieux pour l'Eglise et pour le monde, assoiffé de Dieu et de sa Parole ».

Enfin, Benoît XVI a invité les religieux prêtres à participer à la rencontre concluant l'Année sacerdotale en juin prochain à Rome en disant : « Que l'Année sacerdotale soit une occasion supplémentaire pour les religieux prêtres, d'intensifier leur chemin de sanctification, et, pour tous les consacrés et les consacrées, un stimulant pour accompagner et soutenir leur ministère de leur prière fervente. Cette année de grâce culminera à Rome, en juin prochain, par la rencontre internationale des prêtres, à laquelle j'invite tous ceux qui exercent le ministère sacré ».

Le pape a invité les consacrés à renouveler leur engagement par ces paroles : « Nous nous approchons du Dieu trois fois saint, pour offrir notre vie et notre mission, personnelle et communautaire, d'hommes et de femmes consacrées au Royaume de Dieu. Nous accomplissons ce geste intérieur en intime communion spirituelle avec la Vierge Marie : en la contemplant dans l'acte de présenter l'Enfant Jésus au Temple, nous la vénérons comme la première et parfaite consacrée, portée par ce Dieu qu'elle porte dans ses bras ; Vierge, pauvre et obéissante, toute dévouée à nous, parce que toute à Dieu. A son école, et avec son aide maternelle, nous renouvelons notre « me voici » et notre « fiat ». »

Anita S. Bourdin