Pour de vraies communautés chrétiennes : harmonie, témoignage, attention aux pauvres

Homélie du 29 avril 2014

Rome, (Zenit.org) Salvatore Cernuzio | 778 clics

Harmonie, témoignage, attention aux pauvres : tels sont les ingrédients de la recette du pape François pour créer une vraie « communauté chrétienne ».

Durant son homélie, au cours de la messe du 29 avril 2014 à Sainte-Marthe, le pape a souligné les particularités du « peuple revenu à la vie » tel que décrit dans les Actes des apôtres : ces « nouveaux chrétiens » formaient « un seul cœur et une seule âme ». Ils étaient « une communauté en paix », où « il n’y a avait pas de place pour les bavardages, pour les jalousies, pour les calomnies, pour les diffamations ».

Certes, les problèmes ne manquaient pas : « luttes internes, luttes doctrinales, luttes de pouvoir ». Mais la paix était leur trait distinctif, en même temps que le « pardon » et l’« amour »  qui « couvraient tout » et permettaient à cette communauté de « renaître de l’Esprit ».

C’est à ce modèle que chaque communauté chrétienne doit ressembler, a estimé le pape, qui a donné trois questions à se poser pour reconnaître et vérifier une communauté chrétienne.

Tout d'abord, « il faut se demander quelle est l’attitude des chrétiens : sont-ils doux, humbles ? Dans cette communauté, y a-t-il des disputes entre eux pour le pouvoir ? Des querelles par jalousie ? des bavardages ? ». S'il y en a, ces chrétiens « ne sont pas sur le chemin de Jésus Christ ». La paix entre frères est une « particularité très importante ». D’autant que « le démon cherche toujours à diviser. C’est le père de la division ».

Ensuite, il faut se demander : « Est-ce une communauté qui témoigne de la Résurrection de Jésus ? Cette paroisse, cette communauté, ce diocèse, croient-ils vraiment que Jésus Christ est ressuscité ? Ou bien leur cœur est-il éloigné de cette force ? ». Il est nécessaire et fondamental de témoigner que « Jésus est vivant », qu’« il est parmi nous », a insisté le pape.

Enfin, le troisième aspect pour mesurer le degré de « chrétienté » des disciple de Jésus est celui des pauvres : « d’abord, quelle est ton attitude ou l’attitude de cette communauté envers les pauvres ? Deuxièmement : cette communauté est-elle pauvre ? Pauvre de cœur, pauvre d’esprit ? Sur quoi met-elle sa confiance ? Sur les richesses ? Sur le pouvoir ? ».

En résumé, « l’harmonie, le témoignage et l'attention aux pauvres » sont les aspects essentiels d’une communauté chrétienne qui « marche sur le chemin de renaissance par la force du Baptême » : « L'Esprit fait l’Eglise. L’Esprit fait l’unité. L’Esprit te pousse vers le témoignage. L’Esprit te fait pauvre, car il est la 'richesse' et il fait en sorte que tu prennes soin des pauvres », a-t-il conclu.

Traduction d'Océane Le Gall avec Anne Kurian