Pour "obtenir le don de la paix", les efforts conjoints des chrétiens

Lettre de Jean-Paul II au cardinal Kasper

| 367 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 23 décembre 2001 () - Pour "obtenir le don de la paix", le pape recommande l´union des efforts de tous les chrétiens et une "prière continuelle".



Quatre-vingt responsables religieux, chrétiens, juifs et musulmans, ont ainsi lancé, jeudi 20 décembre, depuis Bruxelles, un appel énergique à ne jamais utiliser la foi pour justifier la haine et la violence, lors de la conclusion du sommet "La Paix de Dieu dans le monde" des religions monothéistes en Europe. La rencontre a duré deux jours, les 19 et 20 décembre, et elle a eu lieu au siège de l´Union européenne. Elle était placée sous les auspices du patriarche œcuménique, Batholomaios Ier, et du président de la Commission européenne, M. Romano Prodi. A l´invitation du patriarche œcuménique étaient présents à Bruxelles trois cardinaux chefs de dicastères romains: François-Xavier Nguyên Van Thuân (Justice et Paix), Walter Kasper (Unité des chrétiens) et Francis Arinze (Dialogue interreligieux).

Le pape Jean-Paul II a adressé au cardinal Walter Kasper une lettre par laquelle il exprimait au patriarche œcuménique Batholomaios Ier combien il apprécie cette initiative, et présentait ses vœux de bonne réussite de la rencontre.

"Nous ne pourrons obtenir le don de la paix qu’en associant nos efforts et en faisant monter vers le Très-Haut une prière continue", affirme Jean-Paul II dans cette lettre dont nous publions ci-dessous le texte original en français (cf. "Documents").

Le pape affirme en effet son espérance. "Tout en demeurant fortement peiné par les circonstances tragiques qui ont profondément affecté les personnes et les peuples, et qui ternissent actuellement la scène du monde, écrit Jean-Paul II, je reste animé par une grande espérance".

Il explique ainsi l´invitation à la rencontre d´Assise: "C’est pourquoi j´ai voulu encore une fois faire appel aux responsables des différentes religions, leur demandant de s´unir à moi le 24 janvier prochain à Assise, pour implorer la paix".

A propos de la rencontre de Bruxelles, et dans la ligne de son Message pour la Journée mondiale de la Paix (1er janvier 2002), le pape insiste sur l´importance du "pardon" pour construire la paix. "Je m’associe donc de tout cœur à Sa Sainteté le Patriarche œcuménique et à tous les illustres représentants réunis à Bruxelles pour la rencontre La Paix de Dieu dans le monde, insiste Jean-Paul II. Nous ne pourrons obtenir le don de la paix qu’en associant nos efforts et en faisant monter vers le Très-Haut une prière continue. Nous ne pourrons faire advenir la paix et faire resplendir la nature sacrée de l’homme et sa dignité que par le recours au pardon réciproque et par notre volonté d´instaurer la justice".

"Je forme des vœux chaleureux pour cette rencontre, continue le pape, vous confiant le soin de transmettre mes salutations fraternelles à Sa Sainteté le Patriarche œcuménique et à tous les participants, et surtout de les assurer de ma prière fervente, par laquelle j’implore le Tout-Puissant d’accepter ce témoignage de bonne volonté et de nous accorder des forces toujours nouvelles dans la recherche de la paix".

Et de préciser: "Mon souhait est surtout que la rencontre de Bruxelles puisse susciter des réflexions et des actions sereines pour favoriser "un renouveau général dans le cœur des personnes et dans les relations entre les peuples de la terre" (Message pour la célébration de la Journée mondiale de la Paix 2002, n. 10)".

"En me réjouissant, Monsieur le Cardinal, de votre présence et de celle de son Éminence le Cardinal Francis Arinze, à la rencontre convoquée à Bruxelles par mon Frère, Sa Sainteté Bartholomaios Ier, je suis convaincu, conclut le pape, que cette participation de l´Église catholique et des autres chefs religieux sera une occasion de dire au monde que nous souhaitons tous être dociles au Tout-Puissant pour lui permettre de faire de nous des artisans de paix".