Pour Paul, la croix est signe de l’amour miséricordieux, souligne Benoît XVI

Audience du mercredi

| 1549 clics


ROME, Mercredi 29 octobre 2008 (ZENIT.org) - Pour Paul, la croix est signe de « l'amour miséricordieux » de Dieu, souligne Benoît XVI.

Malgré un ciel plus gris que bleu, inhabituel à Rome, l'audience générale du mercredi a eu lieu place Saint-Pierre, en présence de quelque 20 000 personnes.

Benoît XVI a poursuivi ses catéchèses sur saint Paul, et spécialement sur sa « théologie de la Croix ».

« A travers l'expérience décisive qu'il fit sur le chemin de Damas, Paul comprit que Jésus était mort et ressuscité pour lui et pour tous. Il comprit aussi que le salut est ‘grâce' car tout naît de la mort du Christ et non de nos œuvres », a expliqué le pape.

Et de préciser : « Pour lui, la croix a une signification fondamentale : elle manifeste l'amour gratuit et miséricordieux de Dieu ».

« Il la présente donc, non comme scandale et folie, mais comme l'expression de la toute puissance de l'amour infini de Dieu. Elle est, pour ainsi dire ‘le centre du centre' du mystère chrétien. La croix est sagesse parce qu'elle manifeste Dieu qui sauve gratuitement l'homme. Cette gratuité de Dieu est la vraie sagesse », a ajouté le pape.

Ainsi, a continué Benoît XVI, « c'est en faisant l'expérience de sa propre faiblesse que l'Apôtre acquiert la certitude de l'amour du Christ ».

« En effet, a-t-il expliqué en en tirant les conséquences pour les chrétiens aujourd'hui, c'est à travers le sacrifice du Christ que Dieu nous a réconciliés avec lui. Accepter la croix nécessite donc une profonde conversion et nous permet de repousser la tentation, présente dans l'homme ».

Plus encore, « seule une totale acceptation de la faiblesse de la croix nous permet de découvrir toute la force de l'Esprit de Dieu dans nos vies. Alors nous pourrons dire avec saint Paul : ‘Que la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste mon seul orgueil. Par elle, le monde est à jamais crucifié pour moi, et moi pour le monde' (Ga 6, 14) », a conclu Benoît XVI.