Pour prévenir la violence, construire la Civilisation de l'amour

Audience aux autorités de Rome et de la Région

| 312 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 15 janvier 2004 (ZENIT.org) – "Le chemin obligé pour vaincre et prévenir toute forme de violence est l'engagement à construire la Civilisation de l'amour", déclare Jean-Paul II devant les autorités de la ville et de la région de Rome.



Jean-Paul II a en effet reçu ce matin en audience au Vatican, selon la coutume pour l’échange de vœux en début d’année, les administrateurs communaux et provinciaux de Rome, ainsi que les autorités de la Région italienne du Latium.

"Le chemin obligé pour vaincre et prévenir toute forme de violence est l'engagement à construire la Civilisation de l'amour", déclarait Jean-Paul II qui évoquait la situation internationale et la menace terroriste qui a pesé aussi sur les lieux saints chrétiens de Rome.

L’Italie est par ailleurs particulièrement touchée de l’intérieur par la menace étant donné que la ville de Bologne est le point de départ de lettres piégées visant l’Union européenne.

"Les difficultés internationales se ressentent jusqu'ici, déplorait le pape, et c'est dans les moments délicats que les ressources positives d'une communauté et de ses représentants doivent se manifester avec une plus grande netteté. L'apport de chacun est nécessaire pour bâtir une Civilisation de l'amour plus juste et plus fraternelle. Il faut en effet travailler tous ensemble à dépasser les tensions et conflits, en luttant côte à côte contre le terrorisme qui touche malheureusement aussi notre ville bien-aimée".

Le pape indiquait des remèdes en disant: "Comment ne pas voir dans la famille l'espace prioritaire"? De fait, la famille, ajoutait le pape, "représente la réalité humaine dans laquelle tout individu fait l’expérience de l'affection, dès le commencement de son existence, et grandit harmonieusement. C'est pourquoi il faut saluer les choix politiques et administratifs qui soutiennent les foyers en tant que "sociétés naturelles fondées sur le mariage", comme la Constitution italienne le reconnaît".

Le programme social de Jean-Paul II préconise des "interventions concrètes" dans plusieurs secteurs, en faveur des personnes "en grande nécessité", des "personnes âgées vivant isolées", des "mineurs livrés à eux-mêmes", des "couches sociales les plus faibles": les émigrés ou la jeunesse.

L’évêque de Rome affirmait: "Les paroisses et les communautés religieuses, les institutions catholiques et le volontariat continueront d'offrir leur service à Rome, à la Province, et à la Région".