Pour une « alliance thérapeutique » entre médecin et patient, par B. de Malherbe

Thèse à l’Université du Latran

| 1430 clics

ROME, Jeudi 5 octobre 2006 (ZENIT.org) – Le P. de Malherbe propose une « éthique de communion » qui, en médecine, permettrait une « alliance thérapeutique » entre le médecin et le patient.



Le Père Brice de Malherbe, prêtre du diocèse de Paris, publie en effet un livre intitulé « Le respect de la vie humaine dans une éthique de communion - une alternative à la bioéthique à partir de l'attention aux personnes en état végétatif chronique ».

Cet ouvrage est issu d'une thèse de doctorat en théologie soutenue à l'Institut Jean-Paul II pour les Etudes sur le mariage et la famille (Université pontificale du Latran), précise la revue de presse de la Fondation Jérôme Lejeune (www.genethique.org).

Dans la première partie, l'auteur montre les insuffisances de la bioéthique, telle qu'elle est conçue dans notre société, pour discerner « un agir bon ».

Dans la deuxième partie, cette critique est illustrée par le cas concret des patients en état végétatif chronique.

Dans la troisième partie, B. de Malherbe reprend une vision unifiée de l'homme et privilégie la promotion d'une « éthique de communion » qui puisse trouver son expression en médecine dans le développement « d'une alliance thérapeutique » entre le médecin et le patient.

Source : Famille Chrétienne n°1499 07/10/06