Pour une planète sans peine de mort

Appel de la Journée internationale "Villes pour la vie"

Rome, (Zenit.org) Rédaction | 373 clics

« Une planète sans peine de mort » : c’est ce que demandent les participants de la Journée internationale « Villes pour la vie» (Cities for life), organisée par la communauté Sant'Egidio, le 30 novembre 2013.

« La peine de mort n'est pas dissuasive, elle ne réduit pas la violence, elle ajoute la mort à la mort » alors qu’en réalité « la mort ne se combat qu'avec la vie », soulignent-ils.

Quelque 1700 villes dans le monde entier se sont mobilisées contre la peine de mort, à travers des conférences, des manifestations publiques, l'illumination de monuments emblématiques, des fêtes en plein air.

A Rome, des centaines de personnes se sont retrouvées devant le Colisée avec des témoins du monde entier. En conclusion de l'événement, des représentants du mouvement « Gens de paix » ont lu cet appel contre la peine de mort et la violence.

Appel contre la peine de mort et contre la violence

Messieurs les Ministres de la Justice,
Messieurs les responsables des Gouvernements,

Nous avons devant nous un rêve, qui est réalisable : pour la première fois dans l'Histoire du monde une planète sans peine de mort. Déjà plus de 140 pays dans le monde ne l'utilisent plus. En 2012 seulement un pays sur dix a pratiqué la peine de mort. Mais c'est toujours de trop.

La peine de mort crée toujours plus de victimes : les familles de ceux qui sont tués, mais aussi ceux qui participent au mécanisme de mort. Et cela ne guérit pas non plus la douleur des parents des victimes. La peine de mort n'est pas dissuasive, elle ne réduit pas la violence, elle ajoute la mort à la mort.

Nous avons appris que « œil pour œil, dent pour dent » est un piège, parce que tout le monde devient aveugle. Nous le savons bien, nous qui sommes du mouvement « Gens de paix » (« Genti di Pace »). Nous le savons bien parce que tant de nos amis ont fui la guerre.

Mais parmi nous aussi, il y a ceux qui disaient : à la violence il faut répondre par la violence. Mais à la fin, cela ne crée pas un monde plus sûr. Seuls sont vainqueurs la peur et le désir de vengeance.

Le pape François a dit : « Pensez-vous qu'aujourd'hui les sacrifices humains ne se font plus ? Il s'en fait tant et tant ! Et il y a des lois qui les protègent ».

Vraiment, ça suffit avec les sacrifices humains du XXI siècle ! La vie est toujours sacrée !

Arrêtons la peine de mort. C'est possible !

Cela dépend de nous. La mort ne se combat qu'avec la vie !

Que le XXIe siècle soit le siècle sans plus aucune peine de mort. Ensemble nous réussirons.

Gens de Paix

Rome, Colisée, 30 novembre 2013

Journée Internationale Villes pour la vie.

Traduction de Zenit, Hugues de Warren