Poursuite du chemin vers la pleine unité avec l'Eglise luthérienne

Délégation luthérienne du diocèse norvégien de Nidaros

| 544 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 17 novembre 2002 (ZENIT.org).- L'Eglise catholique poursuit son chemin vers l'objectif de la pleine unité avec l'Eglise luthérienne, a indiqué Jean-Paul II, samedi 15 novembre, au Vatican, lors de l'audience accordée à une délégation luthérienne du diocèse norvégien de Nidaros. La Norvège fêtait en effet son Saint Patron, saint Olaf (995-1030).



Le texte, en anglais, de l'allocution de Jean-Paul II a été publié par le bulletin de la salle de presse du Saint-Siège ( cf. http://www.vatican.va ).

"Nous avons l'intention, affirmait Jean-Paul II, de promouvoir le chemin de la réconciliation. La Déclaration conjointe sur la Doctrine de la Justification entre la Fédération luthérienne mondiale et l'Eglise catholique, signée en 1999, ouvre la voie à un témoignage commun plus intense. Cela nous rapproche de l'unité pleine et visible qui est l'objectif de notre dialogue".

Cette déclaration a été signée à Augsbourg le 31 octobre 1999 (cf. ZF99103101 et ZF99103102).

Jean-Paul II a évoqué son voyage apostolique en Norvège, en 1989, et la célébration œcuménique organisée à cette occasion dans la cathédrale de Nidaros et de Trondheim, en présence de celui qui était alors évêque luthérien de la ville, Kristen Kyrre Bremer, prédécesseur de Finn Wagle, présent hier matin à l'audience de Jean-Paul II.

Ce voyage, soulignait le pape, "a été le signe des nouvelles et plus profondes relations œcuméniques établies entre nous".

Ces relations se sont approfondies encore en 1993, à l'occasion de la célébration par les communautés catholiques et luthériennes du pays du 150 anniversaire du retour de l'Eglise catholique en Norvège.

"Que le Seigneur soutienne nos efforts pour hâter le développement d'une collaboration plus large", concluait Jean-Paul II.

Saint Olaf (995-1030) état le fils du roi Harald. Après une jeunesse de corsaire, suivant la coutume scandinave de l'époque, il reçut le baptême à Rouen, en 1010. En 1013, il aida le roi anglais Ethelred à combattre les Danois. Devenu roi de Norvège, en 1015, à la mort de son père, alors qu'il n'avait que vingt-et-un an, Olaf II Haraldsson restaura la royauté et imposa le christianisme. Il fit venir des missionnaires, surtout des Anglais, pour évangéliser son royaume. Mais il fut renversé du trône par Knud le Grand, partisan de l'ancien culte païen, et il dut s'exiler en 1028. Il fut tué dans la bataille qu'il lui livra à Stikelstad (Stockholm), et fut vénéré dès lors comme un héros national et un saint. Les Norvégiens voient en lui le champion de l'indépendance du pays. Il est souvent représenté avec un symbole de sa charité: un panier de nourriture par exemple.