Poursuivre l'aventure européenne, témoignage pour la grande famille humaine

Réflexions du card. Marx

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 336 clics

Poursuivre l’aventure européenne constitue « un témoignage à donner pour la construction d’un ordre acceptable pour la grande famille humaine », déclare le cardinal Reinhardt Marx,président de la Commission des épiscopats de la communauté européenne (COMECE) et membre du Conseil des huit cardinaux institué par le pape François. Il a confié à La Croix sa réflexion sur le rôle que doivent jouer les chrétiens dans la construction européenne.

« Un des grands défis de notre siècle, explique-t-il, sera d’organiser la mondialisation. Et qui peut influencer le nouvel ordre, avec les valeurs d’humanité, de liberté, de dignité de l’homme, de solidarité avec les pauvres, si ce n’est l’Europe? C’est notre défi, en tant qu’Européens ».

Pour ce qui est du modèle économique et social à promouvoir, le cardinal allemand fait observer que les hommes doivent être « au centre » : « On ne peut accepter un système où le capital est au centre de la société. Ce sont les hommes qui doivent être au centre. Pour garantir un tel système, il faut des institutions. Il est impossible de se contenter d’un concept utilitariste qui consiste à dire que la croissance économique est bonne pour tout le monde, et que les pauvres et les morts sont des victimes collatérales. »

Le président de la COMECE voit dans la situation en Ukraine, une invitation pour le ‘Europe à ne pas baisser la garde : « L’Ukraine nous montre en ce moment que la paix ne va pas de soi. Des personnes sont mortes avec le drapeau européen dans les mains, parce qu’elles voulaient les valeurs de l’Europe: la paix, la liberté, la dignité de l’homme. L’Ukraine, c’est un miroir pour nous. »

Et quant à l’immigration en Europe, c’est une invitation à construire une société plus stable: « Je crois que le regard chrétien d’accepter l’autre comme image de Dieu y contribuera. Un homme, une femme, quelle que soit sa race ou sa religion, est image de Dieu. C’est le fondement de notre éthique. »

On peut lire l’interview à cette adresse indiquée par la COMECE : http://bit.ly/1mGwadM