Premier congrès international sur la Miséricorde divine

L’héritage de Jean-Paul II

| 2057 clics

ROME, Jeudi 31 janvier 2008 (ZENIT.org) - Le premier congrès international sur la Miséricorde divine aura lieu à Rome du 2 avril 2008, date du 3e anniversaire de la mort de Jean-Paul II, le 2 avril 2005, au soir de l'entrée dans le dimanche de la Miséricorde, fête qu'il avait instituée en l'an 2000. Le congrès s'achèvera le 6 avril.

Le congrès a été présenté ce jeudi matin au Vatican par le cardinal Christoph Schönborn, op, archevêque de Vienne, en Autriche, qui le présidera.

Il était entouré du P. Patrice Chocholski, prêtre du diocèse de Belley-Ars et coordinateur général du congrès et de Mgr Mauro Parmeggiani, secrétaire général du vicariat de Rome, spécialement engagé dans la pastorale des jeunes.

Le cardinal Schönborn a souligné que Karol Wojtyla a été « fasciné dès sa jeunesse par le mystère de la miséricorde divine ».

Il rappelait que lors de l'inauguration du sanctuaire polonais dédié à la miséricorde, en 2002, à Lagiewniki, près de Cracovie, Jean-Paul II avait affirmé qu'il n'y a pas d'autre « source d'espérance » que « la miséricorde de Dieu ».

Ce congrès veut manifester, a souligné le cardinal Schönborn, que la miséricorde constitue « le cœur » du message chrétien, porteur de « paix », pour les religions et les peuples, et source de « vérité », la vérité sur Dieu et sur l'homme, et sur l'Eglise.

Le cardinal rappelait également que Jean-Paul II a voulu que la première sainte de l'an 2000 soit justement l'apôtre de la Miséricorde, sœur Faustine Kowalska (1905-1938), le 30 avril 2000.

Le message qu'elle a diffusé a été pour le peuple polonais un « soutien solide » et une « source d'espérance ».

Mais pour le monde actuel aussi, ajoutait-il, ce message est « nécessaire », pour tourner les regards vers le Christ. Le congrès mettra ainsi en évidence « l'héritage de Jean-Paul II ».

L'archevêque de Vienne rappelait aussi que cet héritage a été le thème de la visite de Benoît XVI en Autriche.

Ce seront cinq jours de prière, d'étude, de débat, de témoignages, y compris de personnalités non catholiques, et de la mission.

D'autres congrès sont ensuite prévus dans le monde aux niveaux continental (2009), national (2010) et diocésain (2011).

Anita S. Bourdin