Premier martyr jésuite en Ecosse

Il a résisté en silence à la torture

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 323 clics

Parmi les saints du 10 mars, le martyrologe romain fait mémoire d'un saint anglais,  Jean Ogilvie, prêtre et martyr (1580-1615).

L'Eglise fait en effet mémoire de Jean Ogilvie aujourd'hui à Glasgow. Paul VI, qui l'a canonisé en 1976, a salué en lui le "témoignage de dévouement au Magistère de l'Eglise et de foi dans la messe, acte du culte qui célèbre la Parole de Dieu et la rend réellement présente".

Fils d'un pasteur calviniste écossais, Jean Ogilvie avait parcouru, très jeune, la France, l'Allemagne et l'Italie, à la recherche de réponses à sa quête religieuse.

Il décida finalement de rejoindre l'Eglise catholique où il fut reçu, à Louvain, en Belgique: il y demeura pour étudier la théologie. Puis il postula dans la Compagnie de Jésus. Et c'est à Paris qu'il fut ordonné prêtre, à 33 ans.

Après des missions en Autriche et une traversée sur la mer du Nord, il débarque à Edimbourg en 1613. Il y déploie un grand zèle apostolique. Mais il refuse de se soumettre à la suprématie royale en matière religieuse.

Le fils de Marie Stuart, Jacques Ier (1566-1625) règne. Il est roi d'Ecosse, d'Angleterre et d'Irlande.

Dénoncé comme prêtre catholique, Jean Ogilvie est arrêté et jeté en prison. Pendant huit jours et huit nuits on l'empêche de dormir: il doit révéler le nom d'autres catholiques. Mais il tient bon. On le torture, on lui offre la vie et le bien-être contre une abjuration. Il refuse.

Alors, pour un prêtre catholique, c'est le gibet. Il remporte la palme du martyre, à 35 ans, le 10 mars 1615, à Glasgow. Il est le premier martyr jésuite en Ecosse.