Première allocution de Benoît XVI depuis sa « fenêtre »

Il évoque « l’autre fenêtre »

| 787 clics

ROME, Lundi 2 mai 2005 (ZENIT.org) – Quelque cinquante mille personnes étaient au coude à coude place Saint-Pierre, dimanche 1er mai, à midi pour la première allocution du pape Benoît XVI depuis la fenêtre de son bureau, place Saint-Pierre.



Une semaine après l’inauguration solennelle de son pontificat, le pape a en effet achevé son déménagement, et les travaux restant à faire dans l’appartement pontifical le seront pendant l’été. Le pape est entré dans son appartement samedi après-midi vers 16 heures, après une dizaine de jours (entre son élection et son installation au palais apostolique) à la Maison Sainte-Marthe – où il avait choisi de ne pas habiter l’appartement le plus confortable.

« Je m’adresse à vous pour la première fois … » : le pape a été interrompu par des applaudissements avant de reprendre : « … pour la première fois depuis cette fenêtre, que la bien aimée figure de mon Prédécesseur a rendu familière à d’innombrables personnes dans le monde ».

Il soulignait : « De dimanche en dimanche, Jean-Paul II… ». Cette fois, le pape s’interrompait lui-même pour ajouter en montrant le ciel et en faisant allusion à son homélie de la messe des funérailles : « Et nous pensons aussi à l’autre fenêtre ». Applaudissements. Le pape écoutait et reprenait : « Jean-Paul II, fidèle à un rendez-vous devenu une aimable habitude, a accompagné pendant plus d’un quart de siècle l’histoire de l’Eglise et du monde et nous continuons à le sentir proche plus que jamais » : la foule manifestait son adhésion et sa joie.

Le pape remerciait aussi les fidèles de leurs voeux. « Mon premier sentiment, confiait Benoît XVI est encore de gratitude envers ceux qui m’ont soutenu en ces jours par la prière et envers ceux qui, de toutes les régions du monde m’ont envoyé des messages et des souhaits ».

L’évocation de « l’autre fenêtre » renvoie au 8 avril dernier, lorsque, sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, le doyen du collège cardinalice, le cardinal Joseph Ratzinger, présidait la messe des funérailles de Jean-Paul II. Il achevait son homélie par cette image : « Pour nous tous demeure inoubliable la manière dont en ce dernier dimanche de Pâques de son existence, le Saint-Père, marqué par la souffrance, s’est montré encore une fois à la fenêtre du Palais apostolique et a donné une dernière fois la Bénédiction Urbi et Orbi. Nous pouvons être sûrs que notre Pape bien-aimé est maintenant à la fenêtre de la maison du Père, qu’il nous voit et qu’il nous bénit. Oui, puisses-tu nous bénir, Très Saint Père, nous confions ta chère âme à la Mère de Dieu, ta Mère, qui t’a conduit chaque jour et te conduira maintenant à la gloire éternelle de son Fils, Jésus Christ, notre Seigneur. Amen ».