Première guerre mondiale: le pape à Gorizia le 13 septembre

Salvo D'Acquisto, carabinier, héros de la seconde guerre mondiale

Rome, (Zenit.org) Pape François | 581 clics

A l'occasion du centenaire de la Première guerre mondiale, le pape François se rendra en Italie du Nord, à Gorizia, aux confins de l'Italie, de l'Autriche de de la Slovénie, le 13 septembre prochain: il l'a annoncé ce 6 juin, Place Saint-Pierre, lors de la Rencontre organisée par les Carabiniers italiens pour le bicentenaire de leur fondation, avec leurs familles.

Le pape a confié que son grand-père avait combattu cette guerre: "J’ai l’intention de me rendre en pèlerinage au cimetière militaire de Redipuglia, dans la province de Gorizia, pour prier pour les victimes de toutes les guerres. Ce sera le centenaire du début de cette immense tragédie qu’a été la Première guerre mondiale, dont j’ai entendu tant d’histoires douloureuses de la bouche de mon grand-père, qui a combattu sur le Piave."

Le pape François a rappelé la vocation des Carabiniers de "servir" et il a également cité un héros de la Seconde guerre mondiale, Salvo D'Acquisto, "qui, à l’âge de 23 ans, ici, près de Rome, à Palidoro, a offert spontanément sa jeune existence pour sauver de la brutalité nazie la vie de personnes innocentes".

Originaire de Naples, Salvo D'Acquisto (1920-1943) a offert sa vie pour que 23 otages soient épargnés, après la mort de deux soldats allemands du fait de l'explosion d'un dépôt de munitions le 22 septembre 1943. Une explosion accidentelle que les SS attribuèrent à un attentat, et ils promettaient des représailles si personne ne se dénonçait. Devant le danger de l'exécution imminente, Salvo D'Acquisto s'est auto-accusé: ils ont tous été relâchés, lui seul a été exécuté. Il n'avait aurait eu 23 ans trois semaines plus tard. Sa cause de béatification a été conclue au niveau diocésain en 1991.

Voici notre traduction intégrale de l'allocution du pape François, prononcée en italien.

A.B.

Allocution du pape François

Chers frères et sœurs,

Je vous souhaite à tous la bienvenue, à l’occasion du bicentenaire de la fondation de l’Arme des carabiniers. Les « Carabiniers des gens », comme l’a dit le Premier ministre. C’est comme cela ! Je salue les carabiniers en service et ceux qui sont à la retraite, ainsi que les membres de vos familles. Je salue les ministres et les autres Autorités présentes et je remercie le commandant général pour les paroles par lesquelles il a introduit cette rencontre. Je remercie Madame la Ministre et j’adresse une pensée particulière à mon frère, l’Ordinaire militaire, Mgr Santo Marcianò et aux chapelains, une présence importante dans votre milieu et pour votre cheminement de foi.

Célébrer cet anniversaire signifie reparcourir deux siècles de l’histoire de l’Italie, tant est fort le lien de l’Arme des carabiniers avec votre pays. Entre les carabiniers et la population, il existe un lien fait de solidarité, de confiance et de dévouement au bien commun. Les « postes » des carabiniers sont des garnisons présentes sur tout le territoire national : ce sont des points de référence pour la collectivité, même dans les régions et les quartiers plus éloignés et périphériques. Et cette présence capillaire vous appelle à participer à la vie de la communauté dans laquelle vous êtes insérés, cherchant à être proches des problèmes de la population, spécialement des personnes plus faibles et en difficulté. Votre vocation est de servir.

Votre service s’exprime à travers la protection des individus et de l’environnement, en oeuvrant pour la sécurité, pour le respect des règles de coexistence civile et pour le bien commun : c’est un engagement concret et constant pour la défense des droits et des devoirs des individus et des communautés. La protection de l’ordre public et de la sécurité des personnes est un engagement de plus en plus actuel dans une société dynamique, ouverte et démocratique, comme la société italienne dans laquelle vous êtes appelés à travailler ; et elle constitue en outre la condition nécessaire et indispensable pour que tous, en tant qu’individus ou au nom de la communauté dont ils font partie, puissent librement s’exprimer, mûrir et répondre ainsi à la vocation particulière que Dieu réserve à chacun de nous.

Chers carabiniers, votre mission s’exprime dans le service rendu au prochain et vous engage jour après jour à correspondre à la confiance et à l’estime que la population a pour vous. Ceci requiert une disponibilité constante, de la patience, un esprit de sacrifice et le sens du devoir. Dans votre travail, vous êtes soutenus par une histoire écrite par de fidèles serviteurs de l’État qui ont honoré votre Arme par l’offrande de leur vie… - Souvenons-nous d’eux en ce moment, par le cœur, par la prière et par le silence (silence). -, par leur adhésion au serment qu’ils ont prêté et par leur généreux service pour le peuple.

Pensons au serviteur de Dieu Salvo D’Acquisto qui, à l’âge de 23 ans, ici, près de Rome, à Palidoro, a offert spontanément sa jeune existence pour sauver de la brutalité nazie la vie de personnes innocentes. Dans le sillage de cette longue tradition, poursuivez votre service avec sérénité et générosité, en témoignant des idéaux qui vous animent, vous et vos familles qui sont toujours à vos côtés.

Votre engagement au-delà des frontières nationales est d’une grande importance. À l’étranger aussi, en effet, vous vous efforcez d’être des bâtisseurs de paix, pour garantir la sécurité, le respect de la dignité humaine et la défense des droits humains dans des pays victimes de conflits et de tensions en tous genres. Ne cessez pas de rendre partout, dans votre patrie comme à l’étranger, un témoignage limpide et joyeux d’humanité, surtout à l’égard des plus démunis et malheureux.

Que la Vierge Marie, votre patronne céleste que vous vénérez sous le titre de Virgo Fidelis, veille sur vous, sur vos familles et sur votre service. Tournez-vous vers elle avec confiance, spécialement dans les moments de lassitude et de difficultés, certains que, comme une mère très tendre, elle saura présenter à son fils Jésus vos besoins et vos attentes.

Avant d’invoquer sur vous la bénédiction du Seigneur, je désire annoncer que le 13 septembre prochain, j’ai l’intention de me rendre en pèlerinage au cimetière militaire de Redipuglia, dans la province de Gorizia, pour prier pour les victimes de toutes les guerres. Ce sera le centenaire du début de cette immense tragédie qu’a été la Première guerre mondiale, dont j’ai entendu tant d’histoires douloureuses de la bouche de mon grand-père, qui a combattu sur le Piave.

Merci, chers amis carabiniers, d’être venus si nombreux ! Que le Seigneur vous bénisse, vous et vos familles !

Je vous invite à prier la Virgo Fidelis, notre Mère, pour toute l’Arme des carabiniers, pour les Autorités, pour vos familles, pour ceux qui sont morts à la guerre et pour votre patrie.

Traduction de Zenit, Constance Roques