Première lecture du message final du synode

Le message définitif sera révélé le 26 octobre

| 1594 clics

ROME, lundi 22 octobre 2012 (ZENIT.org) – Après le débat général et le travail en carrefours, la Commission pour le message a rédigé un schéma provisoire pour le message final du synode des évêques sur la nouvelle évangélisation, présenté au 14e jour de l’assemblée. Le message définitif sera approuvé vendredi prochain, le 26 octobre.

La présentation du schéma provisoire du message a eu lieu dans la matinée du samedi 20 octobre 2012, lors de la 18e congrégation générale. Le président délégué du jour était le cardinal Francisco Robles Ortega, archevêque de Guadalajara au Mexique.

C’est le cardinal Giuseppe Betori, archevêque de Florence, président de la Commission pour le Message, qui a lu ce schéma du message (« Nuntius »), adressé au monde entier.

Une discussion animée a suivi la lecture de cette première ébauche, qui a été longuement applaudie, comme reflétant notamment la richesse des interventions prononcées durant le débat général. Des paragraphes spécifiques ont d’ailleurs été ajoutés pour chaque continent, pour traiter les différents défis auxquels ils sont confrontés.

Selon Radio Vatican, le texte rappelle que la nouvelle évangélisation est une urgence qui touche toutes les régions du monde et souligne que la pauvreté et la faiblesse des chrétiens, notamment les prêtres, sont un frein à la crédibilité de l’Eglise.

Il lance donc un appel à la conversion mais aussi à la confiance, pour « vaincre la peur par la foi, le découragement par l’espérance, l’indifférence par l’amour ». Les phénomènes de la globalisation, les migrations, la sécularisation, etc, sont aussi des « occasions » pour la diffusion de la foi, affirme le message.

En écho aux différentes interventions des évêques, le schéma accorde une attention spéciale aux communications sociales, aux jeunes, à la famille et à la vie consacrée, à la paroisse et à la beauté de la liturgie, à la coresponsabilité des laïcs.

Le texte encourage également la prière et la lecture fréquente de la Parole de Dieu ; il aborde la question des couples en situation irrégulière.

La dimension œcuménique de la nouvelle évangélisation est par ailleurs soulignée ainsi que l’importance du dialogue avec les cultures, avec la science et le monde de l’économie. Le texte recommande l’insertion de la doctrine sociale de l’Eglise dans les parcours de nouvelle évangélisation et encourage au dialogue interreligieux comme contribution à la paix.

Toujours selon la même source, plusieurs intervenants ont demandé que le texte soit « écourté pour le rendre plus percutant ». D’autres ont souhaité que le message « se prononce de manière plus nette contre l'oppression, les inégalités et les injustices ».

A partir des observations de l’assemblée, la Commission pour le message préparera un projet définitif qui sera soumis à l’approbation des évêques. Le texte définitif devra être publié à la clôture des travaux synodaux, en italien, en français, en anglais, en espagnol et en allemand.

Le 26 octobre, le message définitif sera présenté aux évêques pour approbation. Le cardinal Betori, et Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier, le présenteront à la presse.

Selon la salle de presse du Saint-Siège, 250 Pères étaient présents pour cette séance – qui s’est achevée à 11h00 par la prière du Notre Père – et ont ensuite rejoint Benoît XVI pour la remise du Prix Ratzinger 2012 (cf. Zenit du 21 octobre 2012).

La congrégation a vu en outre le premier vote du XIIIe Conseil ordinaire de la Secrétairerie générale du synode, composé de 15 membres dont 12 sont élus par le synode (3 membres pour les continents Europe, Afrique, Amérique et Asie-Océanie).

Le Conseil de la Secrétairerie générale doit collaborer avec le Secrétaire général, entre autres pour la préparation des travaux du prochain synode et la formulation de conseils pour l’exécution des conclusions du synode actuel, approuvées par Benoît XVI. Les évêques élus restent en fonction jusqu’au commencement d’une nouvelle Assemblée générale ordinaire.