Première liturgie orthodoxe en l'église Sts Vincent et Anastase

Les premiers fruits du voyage de Jean-Paul II en Bulgarie

| 535 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 25 mai 2003 (ZENIT.org) - La première liturgie orthodoxe en l'église romaine des saints martyrs Vincent et Anastase, offerte par Jean-Paul II à la communauté bulgare de Rome lors de sa visite à S. B. Maxim à Sofia l'an dernier, a eu lieu samedi.



Sous le signe de l'unité et dans le contexte de la construction européenne, une "grande prière d'action de grâce" a été célébrée samedi 24 mai en l'église romaine des saints martyrs Vincent et Anastase - à la fontaine de Trevi -. Six métropolites bulgares étaient présents à cette inauguration, ainsi que le Premier ministre Siméon de Saxe Cobourg-Gotha.

Cette église, qui accueille désormais la communauté orthodoxe bulgare de Rome devient ainsi un signe visible du désir des Orthodoxes et des catholiques d'arriver à réaliser la parole du Christ: "Que tous soient un". C'est ce qu'a déclaré en substance le métropolite d'Europe centrale et occidentale, Siméon du patriarcat de Bulgarie.

Nous fêtons et célébrons justement aujourd'hui la mémoire des saints Cyrille et Méthode, ajoutait le métropolite bulgare: deux apôtres qui ont marqué la renaissance nationale bulgare, qui sont "un pont entre l'Orient et l'Occident chrétien", et "les premiers artisans de l'unité dans la diversité", ainsi que "chemin qui conduit à notre maison commune, l'Europe".

Cette saison nouvelle dans les relations entre l'Eglise orthodoxe bulgare et l'Eglise catholique a été en effet inaugurée par Jean-Paul II l'an dernier en Bulgarie, lors de la première visite d'un pape dans ce pays. Une visite que le métropolite a saluée: "Elle nous a laissé un souvenir inoubliable dans l'histoire de notre patrie. Cette visite a réveillé les fidèles de l'Eglise d'Orient et d'Occident. Les conduisant à penser non à ce qui divise mais à ce qui nous unit". Il soulignait ce désir exprimé par Jean-Paul II , "dès le début de son pontificat", de voir revenir "le temps où l'Eglise du Christ respirait avec ses deux poumons".

Cette inauguration romaine ouvre une porte "d'espérance" soulignait pour sa part le cardinal Walter Kasper, président du conseil pontifical pour la Promotion de l'Unité des chrétiens.

"Je constate, disait-il, que chacun de nous est conscient du fait que notre époque nous conduit à ne pas vivre en solitaires, isolément, ou dans l'ignorance de l'autre. Les développements sociaux, politiques, culturels de cette heure que nous vivons, surtout dans le contexte du continent européen, nous encouragent à l'ouverture réciproque".

Il se félicitait de cette "collaboration plus étroite" entre les deux Eglises, qui pourra "se dilater et rendre plus large l'espace de communion auquel nous devons tendre".

Le pape Jean-Paul II avait reçu samedi matin le Premier ministre de Bulgarie, le Premier ministre Siméon de Saxe Cobourg-Gotha et les neuf personnes de sa suite.

Après la prière du Regina Caeli, dimanche midi, le pape a salué un groupe de fidèles catholiques de la paroisse des Saints Pierre et Paul de Miromir, dans le diocèse de Sofia-Plovdiv. "Que le pèlerinage aux tombeaux des Apôtres, patrons de votre paroisse, fortifie en vous la foi et le témoignage chrétien".