Première rencontre italienne « Ensemble pour l’Europe »

Appel à construire « une Europe de l’Esprit et une culture de communion »

| 2021 clics


ROME, Jeudi 24 septembre 2009 (ZENIT.org) - « Ensemble pour une Europe de l'Esprit, pour une culture de communion à tous les niveaux ». Tel est l'engagement unanime pris par les quelques 1400 participants de plus de 60 mouvements d'Eglise et communautés d'Italie qui se sont réunis les 19 et 20 septembre au centre international de Loppiano, en Italie, à l'occasion de leur première rencontre nationale « Ensemble pour l'Europe ». 

Parmi les engagement cités dans leur document : favoriser la vie, protéger la famille, accueillir les personnes de cultures différentes, vivre une économie au service du bien commun. 

« Marchons ensemble pour une économie au service du bien commun, pour le développement des pays défavorisés, en commençant par ceux d'Afrique, et pour la fraternité dans chaque domaine, entre peuples et ethnies, nous mettant au service de la paix et de l'unité de la famille humaine » : lit-on dans l'appel final signé dimanche dernier par tous les représentants des mouvements présents à la rencontre. 

Parmi eux : le mouvement des Focolari, la Communauté Pape Jean XXIII, le Renouveau dans l'Esprit Saint, la Communauté Sant'Egidio, les Equipes Notre-Dame, l'Action catholique et l'Agesci. 

Dans leur document, les participants s'engagent à « construire une Italie et une Europe capables d'unité et d'humanité, ouvertes aux défis de la recomposition sociale, de l'accueil, de la paix » .  

A la base, souligne le document, se trouve  « la culture du partage » qui part de l'écoute et de la mise en pratique de la Parole de Dieu.  

Un concept réaffirmé par le cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens qui affirme dans un message envoyé au rassemblement, que « l'âme de l'Europe c'est ‘unir ses forces' pour nos pays et pour nos voisins, car l'Europe ne saurait penser uniquement à elle mais doit être ouverte aux défis d'aujourd'hui et assumer au niveau mondial un rôle moteur pour porter la paix et la solidarité » 

 « Favoriser l'amour de la vie, dès sa conception à sa mort naturelle », mais aussi « protéger la famille,  prendre soin des jeunes, être solidaires et accueillants envers les personnes d'origines et cultures différentes » sont quelques uns des engagements visés.  

A Loppiano, a dit Salvatore Martinez, le président du mouvement Renouveau dans l'Esprit Saint, « nous avons réappris l'art d'aimer notre temps en ayant le regard unitaire de l'Esprit qui nous rassemble. Ce fut une superbe occasion pour réaffirmer notre engagement au service de la dignité de l'homme, entre les hommes » .  

Maria Voce Emmaus, présidente du Mouvement des Focolari, a quant à elle affirmé que tous les mouvements, dont le réseau ne cesse de grandir, perçoivent, en tant que chrétiens, qu'il y a « urgence de contribuer à cette Europe de l'Esprit souhaitée par Jean-Paul II et par le pape actuel » . 

Le rassemblement de Loppiano, intitulé Sulla tua parola camminiamo insieme (Sur ta parole marchons ensemble), s'est ouvert sur les témoignages d'un catholique, Severin Schmid, du Mouvement des Focolari, promoteur de la manifestation « Ensemble pour l'Europe », et d'un évangélique, Gerhard Pross, un des responsables de la Young men's christian association, ces derniers insistant sur l'importance de ce chemin de communion, qui dure désormais depuis dix ans, pour faire jaillir, aux côtés de l'Europe politique, une « Europe de l'Esprit ».

Paolo Ramonda, successeur de don Benzi, fondateur de la Communauté Pape Jean XXIII, s'est présenté en disant : « Je suis père de 12 enfants dont trois naturels et les neuf autres porteurs d'un handicap physique ou psychique, régénérés dans l'amour » .

Souvent, a-t-il dit, il suffit « d'avoir un regard pour celui qui est près de nous et de lui lancer un 'comment vas-tu?' pour rallumer l'espérance et empêcher un suicide ». C'est de là que naît la Communauté Nouveaux horizons, qui accueille des alcooliques, des toxicomanes, des prostituées qui « passent de la mort à la vie après avoir rencontré l'Evangile, après avoir rencontré le véritable  amour ».

Mais la logique de l'Evangile se vérifie aussi au niveau économique, dans la gestion des entreprises et rend productive une « économie de communion » basée sur la gratuité et non sur l'intérêt, comme témoignent les Focolari. 

« Ensemble pour l'Europe », n'est pas une organisation mais un chemin de communion qui réunit des mouvements et des communautés de diverses Eglises chrétiennes de l'Est et de l'Ouest de l'Europe, liées par un pacte de solidarité mutuelle dans l'esprit du message évangélique, pour faire du vieux continent une famille de peuples frères, non repliée sur elle-même mais ouverte sur le monde, contribuant ainsi à l'unité de la famille humaine.

Pour les mouvements catholiques tout a commencé le 30 mai 1998, à la veille de la Pentecôte, lorsque Jean-Paul II convoqua place Saint-Pierre, les mouvements ecclésiaux et les nouvelles communautés.

L'idée de rencontres œcuméniques, lancée en 2002 par Chiara Lubich, fondatrice des Focolari, a tout de suite été accueillie avec enthousiasme par les mouvements catholiques italiens et évangélique-luthériens allemands, lors d'une rencontre à Rome. Deux grands rassemblements ont réuni des milliers de personnes à Stuttgart, en 2004 et 2007. Ces deux rassemblements ont été effectués en liaison avec certaines villes d'Europe.