Premières rencontres, chaleureuses, de Benoît XVI en Ecosse

17e voyage apostolique de Benoît XVI

| 1587 clics

ROME, Jeudi 16 septembre 2010 (ZENIT.org) - La visite d'État de quatre jours de Benoît XVI au Royaume-Uni a débuté ce jeudi matin par la rencontre avec la reine Elisabeth II et un chaleureux accueil de la part des Ecossais, par un temps ensoleillé.

A l'aéroport d'Edimbourg, le pape a été accueilli par le duc d'Edimbourg, le prince Philip de Mountbatten, époux de la reine, par les autorités de l'Eglise catholique, dont le nonce apostolique, Mgr Faustino Sainz Muñoz, le Premier ministre d'Ecosse, M. Alex Salmond, et des représentants d'autres religions. Il s'est entretenu quelques minutes avec le duc d'Edinbourg au Royal Pavilion, sur le tarmac de l'aéroport.

Le pape s'est ensuite rendu au palais de Holyroodhouse, où il a été reçu officiellement par la reine Elisabeth II qui a exprimé sa joie d'accueillir le chef de l'Eglise catholique. Cette résidence royale a été bâtie au XVIe siècle à l'emplacement d'un monastère construit au XIIe siècle par le Roi d'Ecosse David Ier et dédié à la Sainte-Croix.

Après l'exécution des hymnes nationaux, les honneurs militaires et le passage en revue de la Garde d'honneur, les autorités présentes ont été présentées à Benoît XVI.



Une rencontre privée entre la reine, le prince Philip et le pape a eu lieu dans la Morning Room du palais de Holyroodhouse, et elle s'est conclue par un échange de cadeaux. Au même moment, le cardinal secrétaire d'Etat Tarcisio Bertone a été reçu par le Premier ministre Salmond.

La reine a ensuite accompagné le pape à la rencontre des quelque 400 invités, sous une tente dressée derrière le château : une sorte de mini bain de foule qui lui a permis de saluer différentes autorités civiles, militaires et religieuses de diverses communautés d'Ecosse.

Dans la cour intérieure du palais, le pape a été salué par de jeunes élèves écossais en habits traditionnels : le pape et la reine ont reçu des bouquets de fleurs. La reine Elisabeth a ensuite accompagné le pape dans sa voiture panoramique, une Mercedes blanche immatriculée en chiffres rouges indiquant l'Etat de la Cité du Vatican : « SCV 1 ».

Le pape a été acclamé le long d'un long parcours entre le palais royal et le palais épiscopal de l'archevêque de Saint-Andrews et Edimbourg, le cardinal Keith Michael Patrick O'Brien : le pape, son secrétaire Mgr Georg Gänswein et le cardinal O'Brien portaient bien visiblement sur leurs épaules les écharpes écossaises qui leur avaient été offertes.

C'est le dix-septième voyage apostolique de Benoît XVI en-dehors de l'Italie : le sommet sera la béatification, exceptionnellement présidée par le pape, du cardinal Newman, dimanche 19 à Birmingham. Le pape voit en lui un « grand Anglais » et un « Docteur », comme il l'a rappelé à la presse pendant le vol.

Benoît XVI est parti de Fiumicino sur un avion de l'Alitalia, à 8 h 10 et il a atterri à Edimbourg, capitale de l'Ecosse, à 11 h 30 (10 h 30, heure locale).

Pour une visite d'Etat, le protocole prévoit un banquet traditionnel à Londres. Pour éviter ces dépenses, en temps de « crise » mais aussi de « pénitence », comme il l'a rappelé dans l'avion, le pape a préféré rencontrer la reine en Ecosse.

Anita S. Bourdin