Prêtres mariés : Examen des demandes de dispense ou de retour au ministère

Benoît XVI consulte la curie romaine

| 2001 clics

ROME, Mardi 14 novembre 2006 (ZENIT.org) – « Les demandes de dispense du célibat ou de retour au ministère sacerdotal présentées par des prêtres mariés » seront examinées, jeudi prochain, à la demande de Benoît XVI par la curie romaine.



Une note de la salle de presse du Saint-Siège annonce en effet : « Le Saint-Père a convoqué pour le 16 novembre une réunion des chefs de dicastère de la Curie romaine en vue d'examiner la situation créée par la désobéissance de Mgr Emmanuel Milingo, pour réfléchir aux demandes de dispense du célibat ou de retour au ministère sacerdotal présentées ces dernières années par des prêtres mariés. Aucun autre sujet n'est prévu à l'ordre du jour ».

Rappelons que l’Eglise catholique de rite latin choisit les prêtres uniquement parmi les candidats au sacerdoce dont le charisme de célibat est vérifié. La promesse de célibat sacerdotal se fait lors de l’ordination diaconale, environ un an avant l’ordination sacerdotale, au bout d’un minimum de 5 ans d’études de philosophie et de théologie et d’accompagnement spirituel. L’âge minimum pour l’ordination est de 24 ans.

L’Eglise catholique de rite byzantin choisit aussi des prêtres parmi les diacres mariés. Mais les évêques sont choisis parmi des moines, dont des prêtres ayant également professé les trois vœux religieux, dont celui de chasteté et de célibat perpétuel.

Cependant, des dispenses du célibat sont accordées dans certains cas, examinés un à un. Le cas peut se poser par exemple lorsqu’un prêtre anglican, marié, rejoint l’Eglise catholique.

Archevêque émérite de Lusaka, Mgr Emmanuel Milingo a conféré l’ordination épiscopale le 24 septembre dernier à Washington, à quatre prêtres mariés, sans mandat pontifical, encourant ipso facto l’excommunication automatique, appelée « latae sententiae ».

Une note de la salle de presse du Saint-Siège du 26 septembre soulignait que le Saint-Siège a suivi « avec une vive appréhension » l’activité de Mgr Milingo « avec une nouvelle association de prêtres mariés, semant division et stupeur parmi les fidèles ».

« Etant donné la compréhension manifestée, encore récemment, par le Successeur de Pierre, envers ce pasteur âgé de l’Eglise, poursuivait la note, le Saint-Siège a attendu avec une patience vigilante l’évolution des événements qui, hélas, ont conduit l’archevêque Milingo à une situation irrégulière et d’ouverture progressive à une rupture de la communion avec l’Eglise, auparavant en ayant attenté mariage et ensuite avec l’ordination de quatre évêques ».

« Dans des moments de souffrance ecclésiale, comme celui-ci, concluait la déclaration, que s’intensifie la prière de toute la communauté des fidèles ».