Prix européen pour la vie à la mémoire de Chiara Lubich

A Rome, pour la reconnaissance de la personne dès sa conception

| 2461 clics

ROME, mercredi 7 décembre 2011 (ZENIT.org) –  En vertu de son engagement pour la vie, le Prix européen pour la Vie « Madre Teresa de Calcutta » sera décerné à la mémoire de Chiara Lubich, fondatrice du mouvement des Focolari, samedi prochain 10 décembre, au Capitole, siège de la municipalité de Rome. 

La remise du titre, qui réunira d’illustres personnalités civiles et religieuses, dont le cardinal Ennio Antonelli, président du Conseil pontifical pour la famille, et les responsables de mouvements pour la vie de 13 pays européens, aura lieu dans le cadre de l’anniversaire de la Déclaration des droits de l'Homme, signée le 10 décembre 1948.

Le prix « Mère Teresa de Calcutta » a été remis pour la première fois, à Strasbourg, en 2008, au grand généticien Jérôme Lejeune, à titre posthume, à l’occasion des 60 ans de la déclaration de l’Onu.

Vendredi matin, 9 décembre, les représentants européens des mouvements pour la  vie se rencontreront pour constituer une coordination de leurs forces visant à promouvoir la reconnaissance de la vie humaine dès sa conception.

En décembre 2009, les représentants du Mouvement pour la Vie (MpV) italien, de concert avec d’autres mouvements européens pour la vie, ont remis 500.000 signatures au président du Parlement européen, afin que, dans l’interprétation de la Charte des droits fondamentaux de l’Union, soit reconnu le droit à la Vie de chaque être humain, dès sa conception jusqu’à sa mort naturelle.

Selon le président du MpV, Carlo Casini, ce geste a eu un effet positif.  Et le traité de Lisbonne, entré en vigueur le même mois,  fournit maintenant une opportunité plus grande, permettant à au moins 1 million de personnes de demander à la commission européenne un acte juridique de valeur sur la question.

La Commission ne peut ignorer la demande et les organisateurs doivent être écoutés par les institutions européennes. La reconnaissance juridique et sociale de la personne dès sa conception est décisive pour mettre fin au nombre dramatique d’avortements qui, depuis quelques décennies, engendrent le phénomène des berceaux vides.

Pour plus d’informations: http://www.mpv.org/home_page/news___mediacenter/00012446_Il_3__Premio_Madre_Teresa_alla_memoria_di_Chiara_Lubich__17nov2011_.html

Antonio Gaspari
Traduction d'Isabelle Cousturié