Prodigieux Joseph Bishop, violoniste, polyglotte, nageur, trisomique

A 16 ans, il fait s'écrouler des murs de préjugés

Rome, (Zenit.org) Giovanna Sedda | 6715 clics

Emmanuel Joseph Bishop est un jeune prodige de 16 ans, violon solo, polyglotte, conférencier, champion de golf et de natation, porteur de la trisomie 21. Il fait s'écrouler des murs de préjugés.

Il parle trois langues, tient des conférences aux Etats-Unis et dans le reste du monde, et il a donné des concerts comme soliste accompagné par des orchestres symphoniques, gagné des médailles en golf et en natation, niveau national.

Alors que la plupart des jeunes de son âge se vantent d'avoir battu des records aux jeux vidéo du moment, il a déjà une formation plurisectorielle formidable : à deux ans il commençait à lire, à trois il était capable de lire du français, et à six ans à peine c’est lui qui a lu le discours d’accueil de l’Association Nationale Syndrome de Down (EEUU), en trois langues devant une assemblée de plus de 600 personnes.

A la même époque il se mettait au violon, à 8 ans il allait en vélo et remportait des médailles aux jeux paralympiques des Etats-Unis, disputant également des compétitions dans des disciplines comme le golf et la natation où il décrochait des médailles dans les 200 et 400 mètres en nage libre. En 2010, il a joué avec un orchestre symphonique à la Journée mondiale pour le Syndrome de Down en Turquie, à 12 ans dans un récital en Irlande à l’occasion du 10ème congrès mondial du Syndrome de Down.

Or, dans un grand nombre de pays, ce jeune garçon n'aurait pas eu le droit de vivre, du fait d'être porteur d'un chromosome en plus. Absurde, pensera le lecteur. Plus facile à dire maintenant qu’Emmanuel est "grand" dans tous les sens du mot et qu’il s’est gagné une dignité que la société d’aujourd’hui refuse souvent de reconnaître à l’être humain.

Emmanuel a cette dignité depuis qu’il a été conçu, et il donne une grande leçon au monde d’aujourd’hui, qui se cache trop souvent derrière des paramètres esthétiques et soi-disant moraux. Il fait s'écrouler les arguments des avocats de l’avortement pour les enfants trisomiques.

Les démonstrations sont inutiles, l’idée que chaque être humain est digne de vivre quel que soit sont état devrait couler de source. Pour ceux qui en doutent ou qui n’y croient pas encore, Emmanuel, par la force et la joie de cette vie magnifique, bouleverse, comme tant d’autres enfants trisomiques, une pensée dominante simpliste.

Emmanuel s’efforce de montrer au monde que les personnes handicapées sont comme les autres, qu’elles ont des charismes et des qualités, au-delà de leur handicap, et il poursuit ses objectifs à travers des actions concrètes pour mettre en évidence les compétences, les talents, les dons et les potentialités des enfants atteints du même handicap. Contredire les préjugés face à la trisomie 21. Montrer que la joie de vivre n'est pas incompatible avec le handicap. Atténuer l'impact de ce qui est dit ou écrit sur le syndrome, essentiellement par de personnes qui n'ont pas ce handicap.

Un garçon talentueux et altruiste, tout un pan de sa vie au service des autres. Et après cela, dites-moi qu’il n’aurait pas du naître …

Traduction d'Océane Le Gall