Projection du film « Marie de Nazareth » : allocution de Benoît XVI

La vie de Marie, un constant « Oui » à Dieu

| 1168 clics

ROME, vendredi 18 mai 2012 (ZENIT.org) – La vie de Marie de Nazareth a été « riche » et « pleine », parce qu’elle a été « un « Me voici » à Dieu », sans cesse répété, de l’Annonciation à la Croix, explique Benoît XVI.

Benoît XVI a en effet assisté à la projection du film « Marie de Nazareth, mercredi 16 mai, en fin d’après-midi, en la salle Clémentine du Vatican, avant de s’adresser aux personnes présentes.

Allocution de Benoît XVI :

Cher amis,

(En italien)

Merci à vous tous pour ce moment qui invite à réfléchir grâce aux images et aux dialogues du film « Marie de Nazareth ». Merci en particulier à la RAI et à son directeur général, Mme Lorenza Lei, et les autres représentants, ainsi qu’à « Lux Vide », et à la famille Barnabei et l’équipe de la production.

(En allemand)

Je remercie de tout cœur, pour cette présentation au palais apostolique, le directeur du Bayerischer Rundfunk, le prof. Gerhard Fuchs, le producteur, Martin Choroba, de la Société Tellux-Film de Münich, ainsi que tous les acteurs et les comédiens présents, et les équipes de cameramen.

(En espagnol)

Merci aussi aux représentants de la Telecinco d’Espagne.

(En italien)

Ce n’est pas facile d’esquisser le portrait d’une mère, parce qu’elle renferme une richesse de vie difficile à décrire ; et c’est encore plus exigeant s’il s’agit de Marie de Nazareth, une femme qui est Mère de Jésus, du Fils de Dieu fait homme.

Vous avez construit le film autour de trois figures féminines, dont les vies se croisent, mais qui font des choix profondément différents. Hérodiade reste enfermée dans son monde, elle ne réussit pas à élever son regard pour lire les signes de Dieu et elle n’échappe pas au mal.

Marie-Madeleine vit une histoire plus complexe : elle subit la fascination d’une vie facile, fondée sur les choses, et elle utilise différents moyens  pour parvenir à ses fins, jusqu’au moment dramatique où elle est jugée et mise face à sa vie, et là, la rencontre de Jésus ouvre son cœur, change sa vie.

Mais le centre, c’est Marie de Nazareth : en elle se trouve la richesse d’une vie qui a été un « Me voici » à Dieu. C’est une mère qui aurait le désir de garder son Fils toujours avec elle, mais elle sait qu’il est Dieu ; elle a une foi et un amour si grands qu’elle accepte qu’il parte et accomplisse sa mission ; elle  redit « Me voici » à Dieu, de l’Annonciation à la Croix.

Trois expériences, un paradigme de la façon dont on peut construire sa vie ; sur l’égoïsme, sur l’enfermement sur soi et sur les choses matérielles, en se laissant guider par le mal ; ou bien sur le sens de la présence d’un Dieu qui est venu et reste au milieu de nous et qui nous attend avec bonté si nous nous trompons, et nous demande de le suivre, d’avoir confiance en lui. 

Marie de Nazareth est la femme du « Me voici », plénier et total devant la volonté divine, et dans ce « Oui », répété aussi devant la douleur de la perte de son Fils, elle trouve la béatitude pleine et profonde. Merci à tous pour cette bonne soirée !

© Libreria Editrice Vaticana

Traduction de ZENIT, Anita bourdin