Projet d’agence d’information catholique pour l’Afrique

Séminaire à Nairobi

| 1546 clics

ROME, Jeudi 2 septembre 2010 (ZENIT.org) - Un projet d'agence d'information catholique pour l'Afrique entière est examiné lors d'un séminaire à Nairobi, rapporte l'agence vaticane Fides.

« Aujourd'hui, la communication est considérée comme le premier aréopage du monde moderne, qui unifie l'humanité en la transformant en un village mondial. Ainsi, nous, comme communicateurs catholiques, nous attendons et nous voulons promouvoir et rendre efficace la coopération pour le développement pacifique et intégral de notre continent », a affirmé Son Exc. Mgr Alfred Kipkoech Arap Rotich, Ordinaire militaire pour le Kenya et Président de la Commission pour les communications sociales de la Conférence épiscopale du Kenya, à l'ouverture des travaux d'un séminaire pour la formation d'une agence d'information catholique pour le continent africain.

Comme le rapporte l'Agence CISA, le séminaire, qui s'est ouvert hier, 31 août, à Nairobi, au Kenya, et se terminera le 2 septembre, a été organisé par le Symposium des Conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SECAM), en collaboration avec le Conseil des médias catholiques (CAMECO).

Dans son intervention d'introduction, Mgr Rotich a rappelé que les communicateurs devaient fournir des informations qui permettent aux personnes de prendre les bonnes décisions sur la façon de répondre aux conflits et aux défis, et a exhorté les communicateurs catholiques à collaborer entre eux. Mgr Rotich a souligné les dangers d'un monde de l'information dominé par la technique, qui risque de mettre au second plan les valeurs humaines. « Nous vivons dans un monde de plus en plus interconnecté, dans une société globale d'interactions communicatives, d'échanges et de partage des informations qui stimulent de profondes transformations culturelles. Le terme « village mondial » représente seulement le progrès technologique, laissant de côté les relations humaines globales » ; il a par conséquent averti les auditeurs de ne pas oublier les dangers dérivant du mauvais usage du pouvoir médiatique.

Le P. Janvier Marie Gustave Yameogo, du Conseil pontifical des Communications sociales, a noté : « Il y a plusieurs initiatives communes dans toute l'Afrique. Des agences des presse comme la DIA (de Kinshasa) et la CISA (de Nairobi) sont très actives. Mais il y a trop peu d'interactions et aucune collaboration entre ces initiatives. Cette fragmentation est notre plus grande faiblesse. En tant qu'Eglise nous devons partager nos histoires à travers la liaison en réseau ».